La première étoile à droite…

Disneyland-paris-001

La plupart des tentatives pour recréer dans la réalité l’univers merveilleux des histoires pour enfants échouent lamentablement. Je me souviens, petite, de ma déception après avoir reçu pour Noël un costume de princesse. Je n’avais pas plus de trois ou quatre ans, mais je me rappelle nettement m’être dit : « Non, mais ils se moquent de moi? » Le tissu, au lieu de flotter gracieusement dans un tourbillon de tulles et de jupons, tombait tristement à mes pieds, un vilain synthétique tenait lieu de brocart, rien n’était ajusté correctement et les manches supposées bouffantes s’approchaient davantage d’un soufflé retombé. On n’atteignait même pas le stade de pâle imitation.

Après cela, ce genre de jouet ne m’a plus jamais intéressée. Suite à ce malheureux épisode, je me souviens avoir souvent pensé, petite, que les adultes nous prenaient vraiment pour des cons. C’est sans doute la raison pour laquelle j’ai mis si longtemps à me décider à mettre les pieds à Disneyland, persuadée que c’était encore un traquenard. Je me rappelle très bien de ma première visite, il y a quatre ou cinq ans : je m’attendais vraiment au pire.

Contre toute attente, le spectacle m’a paru à la hauteur. Mon émerveillement, en parcourant le parc a été une vraie surprise. Aujourd’hui, après maintes escapades (c’est devenu un petit rituel, d’y passer la journée une ou deux fois par an), je suis évidemment redevenue plus critique. Et puis évidemment, je n’ai plus la naïveté de l’enfance, qui permet de faire abstraction de tout ce qui ne cadre pas exactement avec ce que l’on a envie de voir ou bien d’imaginer.

Mais c’est tout aussi bien : d’émerveillée, je suis devenue admirative. L’attention apportée à chaque petite chose – jusqu’aux vis personnalisées des plafonniers dans les files d’attente – me ravit à chaque fois. Je suis stupéfaite par l’intelligence avec laquelle sont aménagés les espaces, par l’ingéniosité de la circulation… Tout me semble si brillamment imaginé que c’est à observer le décor et ses millions de détails que je trouve le plus grand plaisir. Je rêverais de rencontrer les architectes, les décorateurs et les scénographes d’un lieu comme celui-ci.

Mais il y a quelquefois ces instants de grâce : le crépuscule qui tombe sur le parc ou ce moment où les toits du château s’embrasent d’étincelles. À ce moment-là, le temps d’un claquement de doigts, l’illusion est parfaite et je passe de l’autre côté du miroir.

Merci à tous pour votre participation au petit concours de ce début de semaine. Et bravo à Ju qui remporte une MancheBox. Merci aussi pour tous les petits mots qui ont accompagné vos participations, vous me donnez envie de vous serrer dans mes bras. Rien ne me fait plus plaisir que lorsque je sens – comme c’est souvent le cas – qu’assis autour d’une table à papoter, on aurait des tas de choses à se dire.

Disneyland-paris-002a

Disneyland-paris-003a

Disneyland-paris-004a

Disneyland-paris-002b

Disneyland-paris-003b

Disneyland-paris-004b

Disneyland-paris-005a

Disneyland-paris-005b

Disneyland-paris-006

Disneyland-paris-007

Billets sur le même thème

15 réflexions sur “La première étoile à droite…”

  1. Très jolies !!
    Tout particulièrement la 1e photo, qui nous donne un angle de vue dont on n’a pas l’habitude.
    Merci

  2. Magnifique <3
    J'aimerai aussi rencontrer les personnes qui ont conçu ces décors. L'attention est portée sur le détail, et on se croit vraiment ailleurs.

  3. Ma première visite, je l’ai faite enfant à l’ouverture du parc sous la pluie et la moitié du parc inondé!
    Je n’avais pas osé y remettre les pieds jusqu’à cet été… Où la magie a opérée, depuis j’y suis retournée à Halloween et il y a quelques jours pour profiter des décorations.
    Ce que j’admire dans ce parc, c’est la minutie des détails! Et comme tu dis, même le personnel adopte l’ambiance du lieu dans lequel il travaille et pourtant, ça ne doit pas être facile tous les jours!

    J’avais rédigé un article cet été sur Disney… http://envievoyages.blogspot.be/2013/10/jai-teste-disneyland-paris.html

  4. J’ai été émerveillée aussi la première fois que j’y suis allée, j’avais l’impression d’avoir 8 ans! Depuis, j’y vais avec les enfants. Tes photos sont supers

  5. Anne-Sophie

    Ah le parc Disney, j’y vais à chaque fois avec plaisir, pour tous les petits détails qui font que chaque visite est unique.
    La dernière fois que j’y suis allée, j’avais fait également la visite guidée du parc (à réserver par téléphone), elle dure 2h et permet de comprendre comment le parc a été créé et de découvrir encore plus de détails. Si tu as l’occasion, je te la conseille vivement, de notre côté, nous avions adoré !!
    Bonne continuation !
    Anne-Sophie

  6. Tes photos sont d’une telle beauté ! Habitué du parc Disney, tes clichés révèlent tout le travail minutieux dont tu as parlé. Je peux dire que Noël c’est LA période ou il faut aller à Disney ! :)

  7. J’avais perdu ton blog et je suis heureuse de le retrouver et voir qu’on peut à nouveau mettre des commentaires =D
    Je partage ta vision! Mais mon enfance n’a pas été bercée par Disneyland ou je n’ai jamais été mais par Efteling en Hollande, j’adorais les fées, les gnomes, voler dans un oiseau, c’était magique *_*

  8. Ouah, ces couleurs! Disney reste magique pour moi, justement grâce à cette attention portée aux détails notamment. Le lieu a beau être un des temples du capitalisme (et toujours un peu trop rempli à mon goût), j’y retrouve toujours une petite parcelle de mon enfance alors que je continue de m’accrocher à mon syndrome de Peter Pan, que j’ai même fait encrer dans ma peau l’année dernière…

    Ou quand la magie et la nostalgie s’entrelacent…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *