✨ Les miams de l’esprit ✨

Qu’est-ce qui vous nourrit, vous, en ce moment?

Ce blog reprend doucement du service, mais comme tout ce que je prépare pour les semaines qui viennent est encore en chantier ET que j’avais tout de même très très envie de faire un tour ici, je vous propose qu’on se raconte un peu, aujourd’hui, ce qui nous nourrit, en ce moment.

Voici donc les dernières choses que j’ai aimé lire / voir / entendre etc… je vous invite bien entendu à partager les vôtres dans les commentaires :)

« The art of being Yourself »
La conférence de Caroline Mc Hugh

Je vous en parle en premier, comme ça, si vous n’avez pas le temps de tout lire, vous aurez vu le plus important : cette conférence de Caroline Mc Hugh intitulée « The art of being yourself » qui ne cesse, depuis que je l’ai écoutée, de me trotter dans la tête.
Voici ce que dit Caroline Mc Hugh : « We come complete. We come complete with one true note we were destined to sing » (que je traduirais par « Nous venons au monde complets. Pleins et entiers, faits de cette note fondamentale unique, que nous sommes destinés à chanter). Selon elle, notre travail en ce monde consiste à trouver et comprendre cette « note » et la mettre au service de ce que nous désirons accomplir. Comme elle, je pense que la société est une combinaison d’individus et que c’est en permettant à chacun d’exprimer sa « note » unique que l’on se donne une vraie chance d’aller de l’avant. Voilà longtemps qu’un discours ne m’avait remuée à ce point. Aussi, si vous avez vingt minutes devant vous, je vous encourage vraiment, vraiment, vraiment à prendre le temps de la visionner.

Les livres d’Elizabeth Von Arnim

J’ai découvert les livres d’Elizabeth von Arnim totalement par hasard, simplement intriguée par une photo de @undimanchealacampagne (le compte de Sylvi qui a suivi mon atelier photo et fait des pas de géants <3) et grâce à cette photo, il semblerait que je sois partie pour lire tout ce que cet auteur, une dame très comme il faut, a pu écrire. D’abord parce qu’elle a un don certain pour le récit contemplatif et que lire ses livres ressemblent à s’y méprendre à une ballade en pleine nature, ce à quoi je ne peux qu’être sensible, mais aussi parce qu’elle me fait un peu penser à Jane Austen dans ce que je préfère chez la vénérable anglaise, c’est-à-dire l’humour, l’ironie voire le sarcasme, le féminisme voilé. Je sais que le style d’Elizabeth Von Arnim est aussi capable d’exaspérer par le peu d’action (quand ce n’est pas tout simplement l’absence d’histoire) et l’extrême lenteur dans laquelle chaque chose de déroule, mais en ce qui me concerne, c’est une découverte délicieuse et je me réjouis à l’avance pour tout ce que je n’ai pas encore lu. Pour le moment, j’ai pris un grand plaisir à lire Elizabeth et son jardin anglais, ainsi que Les Aventures d’Elizabeth à Rügen.

Anne et la maison aux pignons verts
Lucy Maud Montgomery

Comme vous peut-être, je fais partie de ces petites filles qui ont grandi en rêvant des aventures de la ravissante orpheline rousse de l’île du Prince Edouard, régulièrement diffusées à la télévision lorsque j’étais enfant, mais jamais je n’avais songé à lire les livres. Quelle erreur ! S’il s’agit bien entendu de livres pour enfants, il y a une fraîcheur et une justesse dans la plume de Lucy Maud Montgomery tout à fait charmantes. Quel plaisir de lire les longs monologues de la petite Anne, désireuse d’embrasser la vie, pleine de questions existentielles et d’idées aussi divines que déroutantes… un peu comme on s’amuse des reparties inattendues des enfants les plus malins et les plus éveillés, quant ils nous donnent le sentiment que ce sont eux, finalement, qui ont tout compris de la vie. La petite Anne de ce roman ressemble terriblement à ces enfants et le premier tome de ses aventures, Anne et la maison aux pignons verts (Anne of Green Gables), fut un moment réjouissant.

Martha Argerich, l’enfant et les sortilèges
Olivier Bellamy

Peut-être ne savez-vous pas qui est Martha Argerich. Elle compte parmi les pianistes les plus célèbres et les plus vénérées de sa génération… mais si vous ne vous intéressez pas à la musique classique, il est possible que vous n’ayez même jamais entendu parler d’elle. Aussi je ne vous en parle pas dans le but de vous inciter à tout prix à écouter de la musique classique même si ce serait un effet secondaire formidable, mais parce que cette biographie ne vaut pas que pour les amoureux du piano : la vie de Martha Argerich, pianiste de génie tourmentée et fantasque a vraiment de quoi séduire quiconque aime à plonger dans le récit des vies exceptionnelles. Et la plume d’Olivier Bellamy que je qualifierais volontiers d’amoureuse – amoureuse du prodige, de l’intelligence et surtout de la musique – sert à merveille ce tumultueux portrait. Si, comme moi, vous avez plaisir à explorer les parcours d’esprits brillants et hors normes, vous ne serez pas déçue par cette la lecture de Martha Argerich, l’enfant et les sortilèges.

Khatia Buniatishvili
Concertos pour piano 2 et 3 de Rachmaninov

Puisqu’on parle de musique, je profite de la sortie du dernier disque de Khatia Buniatishvili pour vous parler un peu d’elle. Elle, on la surnomme la Beyoncé de la musique classique. Et je dois reconnaître que c’est un surnom idéalement trouvé, qui raconte parfaitement la place qu’elle occupe : sans parler de ses immenses qualités d’interprète, une artiste charismatique, séduisante comme c’est pas possible, qui n’a pas froid aux yeux et embrasse sans ciller la réputation sulfureuse qui lui colle à la peau dans le petit monde faussement feutré de la musique classique : on dit d’elle qu’elle « joue comme un homme » …ce qui vous renseigne sur l’ambiance et la place des femmes en 2017 (tiens d’ailleurs, avez-vous jamais entendu parler des « paravents », procédé mis en place lors de concours ou de sessions de recrutement de musiciens, afin de forcer les jurés à écouter le candidat d’une manière objective? Si la question vous intéresse, ce rapport vous passionnera. Il y est par exemple question de musiciennes venues jouer en godillots, le pas lourd et la respiration profonde, pour confondre les juges.). L’air de rien, Khatia Buniatishvili avec son style qui envoie du lourd, remet plein de choses à leur place. Et pour couronner le tout, son dernier disque est une réussite (à mes oreilles de béotienne, en tout cas), j’aime énormément, en particulier, son interprétation du célèbre concerto n°2, que j’adore.

Les vidéos d’Esther
sur YouTube

Je ne sais pas vous, mais je suis tout à fait à la traîne à propos Youtube et tout ce qui s’y passe. Je l’utilise essentiellement pour garder en mémoire des enregistrements de piano qui m’intéressent et des vidéos de DIY parce que j’adore voir « les choses se faire ». J’ignore donc comment je suis tombée sur les vidéos d’Esther. Difficile de vous décrire son compte autrement que :  une jeune femme qui raconte des trucs et qui les raconte bien. J’ai bien conscience que ce n’est pas très vendeur, écrit comme ça, alors le mieux, c’est que vous alliez vous faire votre idée. Et j’en profite pour vous demander : vous, quels sont les comptes YouTube qui vous parlent? J’ai l’impression qu’il y a tout un monde auquel je suis parfaitement étrangère, aussi, si vous avez des pistes, vous me trouverez plus qu’intéressée.

Le Hameau de la Reine
à Versailles

Le Hameau de la Reine, vous le savez certainement, est une dépendance du petit Trianon, commandé par Marie Antoinette pour lui permettre de s’éloigner de la vie de cour. Si vous n’avez jamais pris le temps pour le visiter, cette période de l’année est idéale et vaut surtout à mon avis pour le magnifique parc du domaine de Trianon où on se sent effectivement plongé dans une nature « idéale » où tout paraît spontané bien que chaque point de vue offre des jeux de couleurs, de perspective et de volumes on ne peut plus élaborés. Ce travail de la nature sublimée me fascine et je pourrais déambuler des heures dans ce parc, à m’extasier de tout. J’ai le souvenir d’une année où des tapis de fleurs sauvages s’épanouissaient partout dans des torrents de couleurs. À chaque fois, ce souvenir suffit à me faire traverser Paris de bout en bout pour quelques heures de promenade.

Les bateaux sans permis
Marin d’eau douce

Et je terminerai par vous parler de cette activité : les fameux bateaux sans permis qu’on peut louer sur le canal de l’Ourq ou bien dans la Marne. Je craignais énormément le côté piège à touriste de ce type de proposition, mais la curiosité a fini par l’emporter. Dimanche dernier, nous avons passé la fin d’après-midi à arpenter le canal sous un soleil radieux pour fêter l’anniversaire de mon amie Mathilde. Traverser ainsi la ville en bateau était une expérience passionnante : tout paraissait nouveau et inattendu depuis ce point de vue inhabituel. La promenade, selon le nombre de passagers, ne m’a pas paru exorbitante (120 euros pour 3 heures pour un bateau capable d’accueillir jusqu’à 7 personnes) et totalement dépaysante. Nous avons, cette fois-ci, parcouru le canal de l’Ourq, mais il ne fait aucun doute que notre prochaine escapade se fera plutôt dans la Marne pour profiter d’un paysage plus sauvage et plus vert.

Et sinon…

Voici pour terminer ce qui occupe mes étagères, mes pensées ou mon téléphone et dont je n’ai fait que picorer quelques petites choses : Femmes qui courent avec les loups de Clarissa Pinkola Estés un ouvrage qui traite de la nature sauvage du féminin et plus particulièrement de la reconquête de cette nature sauvage par la femme, au travers de l’analyse de contes traditionnels. J’en ai entendu parler plusieurs fois au cours d’une même semaine, ce que je n’ai pu m’empêcher d’interpréter comme un signe ; Une biographie de Frantz Liszt qui me paraît pour le moment plutôt agréable (j’entretiens une relation étrange avec ce génial compositeur, que j’espère du coup comprendre un peu mieux à la lecture de ces pages) et la version audio de Libérez votre créativité ouvrage de développement personnel visiblement célèbre, mais qui, pour le moment, fait bien trop souvent référence à « Dieu » à mon goût (à supposer qu’il existe, ce que chacun est bien entendu libre de croire ou non, l’humanité me semble avoir bien trop tendance à parler en son nom et lui faire dire un peu ce qui l’arrange), aussi reconnais que j’ai tendance à écouter en grinçant des dents, pour le moment, passant peut-être à côté de l’essentiel. Enfin, il me tarde d’aller visionner À voix haute, le film documentaire de Stéphane de Freitas qui suit un groupe de jeunes gens qui préparent un concours d’éloquence. Les quelques personnes qui l’ont déjà vu, dans mon entourage, se sont montrées dithyrambiques.

Et maintenant, c’est à vous !  Qu’est ce qui vous a passionné, transporté, nourri, appris… ces derniers temps ? Je vous souhaite une fin de semaine fabuleuse !

PS : Avez vous reconnu l’emprunt du titre au cultissime sketch de Pit et Rik 😂 ?
PPS : Je ne fais aucune mention des longues heures passées à étudier les programmes des différents candidats aux élections, les analyses, les contre-analyses… ce qui représente pourtant l’essentiel de mes lectures ces derniers temps, mais si on commence à parler de ça, on n’a pas fini ^^

Vous pourriez aussi aimer

3 comments on “✨ Les miams de l’esprit ✨

  1. Oh quelle belle idée de partager ce qui nous a fait vibrer / étonner ou ce qui nous a plu tout simplement !
    Merci pour ce que tu nous a partagé, je vais regarder ça (je m’en délecte d’avance)

    Voilà ma petite récolte que je partage :
    – le podcast « génération XX » : Shiam réalise dès interviews de femmes entrepreneurs, qui racontent leur parcours, ce qui les motive, leur histoire, ce qui les inspire … c’est frais et pour moi qui monte mon entreprise, c’est toujours utile d’entendre le parcours d’autres femmes passées par là

    – Yvonne Kniebiehler : j’ai découvert cette historienne du féminisme et de la maternité il y a peu de temps. Cette femme de 90 ans a un regard sur l’actualité des femmes et des mères qui sonne si juste. J’ai beaucoup aimé son interview dans l’obs et je suis en train de lire son livre : questions pour les mères

    – je regarde beaucoup de podcast de tricot ou de couture sur YouTube, où les filles nous parlent de leur projets … bon évidement il faut aimer la couture et le tricot ! Mes préférés : celui de Nathalie atelier 292 et celui de Makemefil

    – je ne sais pas si tu connais Lyvia Cairo ? Elle a son site, Lyvia débloque et un groupe Facebook. Elle adore écrire et elle accompagne les entrepreneurs à mieux être eux même. Elle nous dit : ton talent sert aux autres, sers-t-en ! Je pense que ça pourrait te plaire vu ce qui t’as attiré chez Carolin mc Hugh .

    Et pour terminer, j’aime tjs autant le regard savant et facétieux de Xavier de la porte dans sa chronique « la vie numérique sur France Culture », j’ai découvert il y a peu le concept du cycle des 7 ans qui nous permet de voir notre vie avec des passages (mais il faut que je creuse encore), j’ai bcp aime l’autobiographie (très) romancée que marie aude murail a fait de Béatrix Potter ( le livre s’apelle Miss Charity), et enfin j’ai lu le dernier livre de J. courtney sullivan, les liens du mariage et j’ai adoré tout comme l’ensemble de son œuvre qui met la question féminine en son cœur (son premier livre, les débutantes, a été une révélation pour moi).

    Je m’arrête la !
    Merci encore pour cette fenêtre ouverte

  2. Merci pour ce joli article,
    moi aussi je vais finir par voir ça comme un signe, ça fait plusieurs fois que j’entends parler de Femmes qui courent avec les loups …
    Ce qui m’inspire en ce moment, c’est surtout de faire des choses que j’avais en tête depuis longtemps, et prendre quelques risques… Les risques, les défis c’est toujours nourrissant au final parce qu’on apprend tellement sur soi. Par exemple, j’ai participé à un stage de danse libre il y a quelque temps, après avoir commencé le classique il y a plusieurs mois (gros coup de cœur). La danse libre m’a apporté tout autre chose que le classique, et puis oser faire un stage avec des gens que je ne connais pas etc… Ce qui me nourrit en ce moment, c’est la danse, et le rapport au corps qui en découle… c’est comme si un monde nouveau s’ouvrait à moi, alors que j’ai toujours été plus dans l’écriture les livres les réflexions intellectuelles et l’introspection, c’est comme si je laissais enfin s’exprimer une autre partie de moi :-) quelle libération ! Et du coup, je regarde tout un tas de docus et vidéos sur la danse, le classique (je sais que beaucoup n’aiment pas trop ce milieu mais j’aime la passion et l’exigence qui s’en dégage, ça m’inspire pour des aspects de ma vie).
    « Polina, danser sa vie » est un très beau film de fiction sur une danseuse russe prise au Bolchoï mais qui décide de tout plaquer et partir en France pour se lancer dans le contemporain.
    J’aime aussi regarder les vidéos courtes sur la chaîne TeenVogue dans les playlist « Strictly ballet » , qui suivent le parcours de jeunes danseurs de l’école de l’American Ballet.
    Le blog Le Palais Savant m’inspire dans un tout autre domaine, la féminité et le rapport à soi.

    Belle journée !
    http://www.my-mixed-up-world.fr

  3. Un grand, grand merci pour ces recommandations aussi riches que variées, qui me touchent complètement. Je garde bien au chaud cet article, pour y picorer dans les semaines à venir (ma vie n’est pas de tout repos en ce moment, avec un déménagement imminent…), j’ai noté qu’il fallait que je me penche un jour sur les livres d’Elizabeth, je vais écouter dès ce soir le dernier album de Khatia (une interprète qui trouve grâce à mes oreilles exigeantes de fille qui a grandi dans la musique classique) et je sens que la conférence de Caroline me fera du bien. Merci encore :)

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués de *