,

Soyons clairs, si j’aime leurs jolis macarons colorés aux saveurs marrantes (miam la Rose et le Jasmin, re-miam la Fleur d’oranger, le caramel au beurre salé), si j’aime le premier étage de la rue Bonaparte avec ses plants de bruyère accrochés aux fenêtres et quelques unes de leurs préparations salées. Si j’aime l’atmosphère artificiellement désuèteContinuer la lecture

, ,

[imagebrowser=58] Parmi les heureux petits événements estivaux dont mes souvenirs d’enfance sont gorgés, il y a celui-ci, tout simple, qui se produisait régulièrement sous la véranda de Papy et Mamy, le midi. En entrée, Mamy préparait parfois des radis et j’aimais tout particulièrement ce moment parce que, dans la vie incroyablement ordonnée de mes grandsContinuer la lecture