Les petits chevaux de Stockholm

Tags:

costa-atlantica-stockholm-00

C’est à Stockholm que nous avons achevé notre circuit des capitales baltiques, accueillis par la ville sous de bons gros nuages dodus, chargés de pluie mais assez bienveillants pour ne pas déverser sur nous leur eau avec trop d’enthousiasme. Ils nous ont presque totalement épargnés, en vérité.

En une semaine, mes yeux se sont habitués à l’architecture nordique, ce n’est donc pas ce sur quoi je me suis arrêtée, pendant que nous déambulions au centre de la ville. Mais au moment de trier mes photos, en regardant, disons à tête reposée, le déroulé de cette journée, elle a sans conteste été pour moi une composante essentielle de son charme. J’aime infiniment ce désordre étudié de couleurs et de proportions qui, sous certaines perspectives, donne aux bâtiments l’air de s’appuyer les uns sur les autres comme un groupe de marins pris de boisson.

costa-atlantica-stockholm-01.jpg

Picture 1 of 16

Stockholm avait de toute façon un atout de choix pour me séduire: elle est entièrement traversée par un long et large canal où barbotent des milliers de navires. Je n’avais jamais visité une cité portuaire aussi vaste et où la ville et la mer cohabitent avec tant de grâce. Si j’avais pu, sans aucun doute, je ne serais pas partie tout de suite.

Et il y a autre chose, qui n’appartient pas spécifiquement à Stockholm mais auquel j’ai prêté une plus grande attention quand nous étions là-bas : la sérénité – apparente en tout cas – des habitants. De tous les habitants, depuis la serveuse du Mac Do jusqu’au passant pressé à qui l’on demande un renseignement. Là bas, on vous sourit, on vous aide à trouver votre chemin, on vous salue, on devance vos questions avec un naturel et une spontanéité que je n’ai jamais trouvé à Paris. Comme si rendre service était une politesse qu’on se fait avant tout à soi-même. Certes, ici, on mesure un mètre quatre vingt cinq et on a les joues fraîches, le sourire éclatant, une chevelure dorée et un regard sans nuages. Autant de caractéristiques techniques qui facilitent bien les choses.

J’ai peu de photos à vous proposer car c’est à Stockholm que nous avons fait les boutiques. Je n’ai rien acheté sauf un foulard fleuri chez H&M que j’aurais pu trouver en France. Rien de typique, pas même un de ces petits cheveux de bois peint, les petits chevaux de Dalécarlie qu’on trouve partout et qui me faisaient tant envie. Un bête sursaut de « mais tu ne vas pas acheter un de ces machins à touristes quand même » a arrêté mon geste pourtant déterminé. Les petits chevaux de Stockholm sont donc restés sagement derrière leur vitrine pour cette fois. Ce sera pour une prochaine fois, car c’est évident, j’ai tant aimé cette ville immense et si paisible qu’il y aura une prochaine fois.

costa-atlantica-stockholm-06

costa-atlantica-stockholm-02

costa-atlantica-stockholm-08

costa-atlantica-stockholm-14