Cinquante choses pourtant passionnantes…

0x700

Comme Caro, j’ai découvert il y a quelques jours les vidéos hypnotisantes d’Ina Mihalache alias Solange, du blog Solange te parle et comme Caro, je me suis laissée aspirer, littéralement, par ce mélange hyper séduisant d’étrangeté quelquefois dérangeante, de sensibilité et d’intelligence.

Parmi les vidéos, l’une d’entre elles, le classique « 50 choses dans le désordre à propos de l’auteur… » m’a donné envie de me plier à mon tour à ce petit jeu. Je ne suis pas sûre que ça ait le moindre intérêt de le publier, mais j’ai éprouvé une joie libératrice surprenante à écrire ça. Et surtout, j’ai fait une découverte importante à propos de ma manière d’écrire : je me suis rendue compte que le sujet qui m’intéresse le plus, lorsque j’écris, est bien ce thème là, la quête d’identité.

Ça m’a sauté aux yeux : tous les brouillons d’histoires qui traînent dans mon ordinateur, absolument tous tournent autour de ce thème, que mes personnages soient absolument fictifs ou un peu moins. Et d’ailleurs, il suffit aussi de parcourir ce blog pour s’en rendre compte. Pendant de longues heures, je suis restée sous le choc : comment une telle chose, si évidente, a-t-elle pu m’échapper pendant si longtemps ? Mais ce qui est extraordinaire, c’est que, grâce à ça, j’ai l’impression que je sais désormais dans quelle direction aller, tout me paraît plus clair. J’ai eu, comment dire ça… la sensation de me rapprocher de moi-même.

Bref. Voici cinquante choses pourtant passionnantes, dont vous n’avez strictement rien à faire.

– Je suis dotée d’une infinité de personnalités, dont une bonne partie que je n’ai pas encore découvertes. Comme tout le monde, je pense, c’est juste que j’en ai conscience.

– Je suis née dans la ville la plus déprimante qu’on puisse imaginer (Coutances). Ce qui a probablement contribué à développer mon imagination.

– Je crois en la réincarnation, et aussi que nous sommes tous une part de Dieu qui est tout, à l’intérieur et à l’extérieur de nous. Qu’une fleur, une fourmi, un oiseau, un humain, tout ça c’est du pareil au même, différentes apparences d’une même pâte.

– Je peux reproduire facilement n’importe quelle mélodie à l’oreille. Mes deux grands-pères avaient l’oreille absolue. Je n’ai malheureusement hérité que d’une infime partie de leur don.

– Je n’aime pas mes rides, pas vraiment à cause d’une question esthétique, mais parce qu’elles trahissent des choses de moi que je voudrais cacher. Elles me rendent vulnérable.

– J’adorais grignoter du papier. Voilà, c’est dit. Mes amis vont enfin pouvoir arrêter de menacer de révéler mon grand secret. Et je me permets de rappeler qu’il y a des choses bien plus dégueulasses, dans la vie, alors maintenant, ça va.

– Il peut m’arriver de ne pas finir ma phrase parce que je me sens émue, sans que je sache pourquoi et alors ma voix se brise. Dans ces cas-là, je me sens plus fragile qu’une aile de papillon. N’importe qui pourrait me déchirer d’un coup d’ongle.

– Je ne vote pas. Tant que le monde sera régi par des lois économiques, je considère que c’est mon comportement de consommatrice qui peut faire avancer les choses. C’est donc dans ce domaine que j’investis mes efforts quotidiennement, et par ce biais que je défend mes convictions. Et puis, si j’ai une chose vraiment importante à défendre, il y a bien d’autres manières de le faire qu’en votant.

– J’ai été chef des enfants de chœur, à la messe, pendant de longues, très longues années.

– Ce qui explique que je connaisse par cœur le Credo en latin. J’aime le réciter de temps en temps, même si aujourd’hui, Credo d’une manière différente.

– J’ai déjà fait des courses d’escargot (qu’est-ce qu’on s’emmerde).

– Il y a un petit grain de beauté sur ma narine gauche (ou droite, je sais plus), qui ressemble un peu, hélas, à une crotte de nez.

– Mon plus grand regret, concernant ce blog, c’est de ne pas m’être cachée/montrée derrière un pseudonyme. Tout aurait été tellement plus facile. C’est sans doute la raison pour laquelle il m’arrive de ne plus écrire dessus pendant de longues périodes, frustrée de ne pas pouvoir y raconter ce que j’ai envie de dire.

– J’ose pas demander à mes amis de faire un club de lecture avec moi.

– Avant, quand on jouait à « qu’est-ce qu’on serait si on était autre chose que soi », je répondais « un caillou ». Ce qui est toujours rigoureusement vrai, mais j’ai compris que ça fichait la trouille aux gens, que je dise ça. (pourquoi?) Maintenant, je dis que je voudrais être Kevin Richardson, le dresseur de lions. Ce qui est vrai également, soit dit en passant. Sinon, dans une prochaine vie, j’aurais aussi voulu être mon amie D. qui est guide dans les pôles, mais bien sûr ce n’est pas possible parce que sans doute, quand ce sera le temps de me réincarner, il n’y en aura plus, des pôles.

– D’ailleurs à propos de cette histoire de caillou : j’ai déjà rêvé que j’étais une falaise. Mais je n’arrive pas à me rappeler si c’était agréable ou pas.

– Je n’ai jamais pu me résoudre à organiser mon anniversaire. C’est un de mes défis pour 2014, mais j’ai déjà quasiment jeté l’éponge. Et ça fait environ dix ans que c’est un défi pour l’année en cours, donc j’ai plus trop d’espoir.

– J’ai eu un piercing au nombril. Que c’était laid.

– Je suis 100% favorable à la mise en place du revenu de base universel. C’est la seule cause politique pour laquelle je suis prête à militer. Je suis intimement convaincue que l’emploi, à partir du moment où il est obligatoire/nécessaire, n’est que la cotte mal taillée de l’esclavage. Et que dans pas longtemps, tout le monde en sera convaincu aussi. Alors on pourra enfin commencer à parler sérieusement.

– Mon sourire est ma principale défense. C’est la raison pour laquelle je souris tout le temps, j’imagine.

– Ça aurait pu m’arriver, je pense, de tomber amoureuse d’une femme.

– On me dit parfois que je parle comme j’écris. À savoir : « Néanmoins, je trouve cette jeune femme tout à fait ravissante ».

– Je ne m’aime pas tellement. C’est tout de même un problème.

– Je dis tout le temps « cela dit ». Parfois, des amis gentiment malveillants s’amusent à compter combien de fois je le prononce en une heure. Beaucoup.

– Je suis très, très… très émotive avec la musique. Passez moi « le petit âne gris », juste pour voir. Non d’ailleurs, s’il vous plait, ne le faites pas. Je n’aime pas ça, pleurer.

– Je suis tellement souple que ça s’appelle être hyperlaxe et qu’en vrai, c’est pas génial génial.

– J’ai nagé au milieu de l’atlantique, alors qu’il y avait plus de 7km d’eau en dessous de moi.

– Il ne se passe pas une journée sans que je m’interroge sérieusement sur le pourquoi du monde.

– Le jour où j’aurai des enfants, je ne sais pas si j’arriverai à accepter l’idée de les envoyer dans une école normale, tellement j’ai l’impression que c’est pourri, les écoles normales.

– Mon moment préféré de la journée et même de la vie : quand on se couche, qu’il m’ouvre une place dans ses bras et me fait la lecture. Et je m’en fous pas mal que ce soit complètement culcul. Surtout qu’en réalité, ça ne l’est pas.

– Je sais désormais que, dans la vie, on peut se re-aimer. Et cette constatation me bouleverse chaque jour. J’espère qu’une fois on se re-mariera.

– Il y a trois romans inachevés dans mon ordinateur. Dans les trois, il y a une grand-mère dotée d’un charisme encombrant. Tyrannique, généreuse et attachante.

– Je n’ai jamais compté le nombre de pseudos que j’utilise dans mon boulot, mais ça commence à faire beaucoup.

– Je lis des livres de développement personnel. Je tiens ça de ma mère et je la remercie pour ça.

– J’ai réalisé tout à l’heure que j’avais vécu à Paris plus longtemps que dans n’importe quelle autre ville. J’aime pas.

– Je n’ai fait l’amour qu’avec trois garçons différents, dans ma vie. Et en fait ça va bien, merci.

– Mon problème, c’est la culpabilité. Je me sens coupable d’à peu près n’importe quoi : trop travailler, pas assez ; d’être plus jolie que la voisine, moins que l’autre ; coupable d’être grognon le matin, d’avoir la meilleure place dans le bus, de penser que… bref.

– Je ne connais pas les statistiques de mon blog, personne ne me croit et je m’en contrefous.

– J’ai un truc spécial avec les chats. Parfois, dans la rue, certains se précipitent sur moi dès qu’ils m’aperçoivent et alors j’ai l’impression d’avoir un super-pouvoir.

– Effectivement, j’ai un super-pouvoir, mais ce n’est pas celui-là.

– Je connais davantage de chants de marins que de chansons de Madonna ou Mickael Jackson. C’est grave?

– J’ai peur de réussir, je crois.

– Je crois que tromper, c’est pas toujours tromper.

– Je fais des séances d’étio environ tous les mois et demie depuis près de deux ans et c’est la meilleure idée que j’ai eu depuis un paquet de temps.

– Je dis toujours que je n’aime pas la compétition, mais c’est surtout parce que je voudrais être la meilleure sans avoir à me fouler.

– Aujourd’hui, je suis principalement auteur, mais l’idée de changer de métier ne m’effraie pas. La joie d’écrire, heureusement, ne dépend aucunement de contraintes économiques. Tant que j’arrive à lier l’agréable à l’agréable, il y a plein de combinaisons qui peuvent me convenir très bien.

– Il m’est arrivé de trouver que ça faisait vraiment chier, la vie et que si ça pouvait se terminer genre maintenant, j’étais complètement d’accord. Ce qui, bizarrement, n’empêche pas forcément d’être réceptif aux instants de bonheur qui se présentent.

– Je suis très rigolote. Mais peu de gens le savent car il faut vraiment que je me sente parfaitement en confiance pour faire le clown, et que ça n’arrive pas souvent.

– Ça me prend toujours des heures, pour décider d’aller faire pipi.

– J’ai un petit côté Cassandre : je sais des trucs avant les autres, et personne ne me croit, et après ce que j’ai annoncé arrive, et alors je suis obligée de faire des gros efforts pour me retenir de dire « tu vois, je te l’avais dit ». (non, c’est pas ça mon super pouvoir)

– Mon père est né en Afrique et j’ai toujours cru que j’avais un petit morceau d’âme africaine, sans bien savoir ce que j’entends pas là.

– En général, la qualité de mon travail est inversement proportionnelle au succès qu’il rencontre. J’espère que ça va changer. Oui. Évidemment que ça va changer, sinon qu’est-ce que je fous encore là?

– Je marche avec les pieds en dedans. Quand j’étais petite, on me faisait faire des tours de tapis, en marchant bien le long de la bande, pour corriger ce défaut. Ça n’a strictement servi à rien et bon finalement, j’ai quand même survécu.

– Quand je suis toute seule chez moi, je parle énormément. En anglais, principalement. Ou alors avec un accent québécois approximatif (je veux dire par là qu’un québécois ne reconnaîtrait son accent en aucune façon).

– Je suis audacieuse, mais les gens ne s’en rendent pas compte.

– Longtemps, je me suis sentie inappropriée à ce monde, à cette vie, mais on dirait que petit à petit, j’arrive à dealer avec ça. Ça a ses bons côtés, aussi, d’être à côté de la plaque.

– J’ai les dents très en avant et ça ne me dérange pas du tout.

– Hey dis donc, on y prend goût à ce truc.

– Au moins une fois par jour, je peux voir dans le regard de quelqu’un, que je viens de dire quelque chose qui lui paraît bizarre. Parfois ça m’amuse, parfois, ça me donne même un sentiment de supériorité (ambiance : « t’es nul, tu comprends rien à rien »), mais le plus souvent ça me rend triste. J’entends ma petite voix, super en colère, me dire « Mais putain, tu vois pas qu’on dit pas des choses comme ça, dans la vie! C’est quoi ton problème à toi, sérieux? Fais un effort, merde! »

– Je ne me sens vraiment à ma place dans aucun groupe social. Mais tant qu’à choisir, bobo, en fait ça m’irait bien.

– J’appelle mon chat : « mon petit ours », « ma palourde », « mon raton », « mon petit loutron mignon »… par contre, à tous les autre animaux craquants, je dis « minouuuuuuuuu » sur un ton complètement débile.

– Souvent quand je chante, je modifie la mélodie. C’est les paroles des chansons, que je garde. Ainsi j’ai au moins cinq mélodies différentes pour « À moi forban », « J’ai un bonnet rouge » (des traits sur les yeux…) et « une souris verte », chansons que je fredonne le plus fréquemment.

– Je mange trop vite. C’est une chose dégoûtante qui me fait honte et dont je voudrais perdre l’habitude, mais j’arrive pas.

– Fumer c’est mal. Et quand même je le fais.

– Une fois, j’étais si en colère que je me suis dédoublée. Je criais, je criais et en même temps un peu plus loin, à quoi, cinquante centimètres, je me regardais faire en pensant : « Wow, on dirait que t’es vraiment en pétard, là… ». Du coup, ça m’a fait très peur et j’évite de crier sur les gens, maintenant.

– Je n’ai pas eu de crise d’adolescence. Je suis sage.

– J’ai une curiosité gustative naturelle pour tout. Je veux dire VRAIMENT pour tout : le thé, les feuilles de thé, l’emballage des feuilles de thé, la ficelle qui retient le sachet, la tasse qui contient le thé. Fort heureusement, je me domine et me contente des choses autorisées à la fois par mon système digestif et l’opinion sociale.

Des mois de silence et bim, deux billets d’un coup. C’est drôle comme une chose en entraîne tout de suite une autre…

Crédit : La photo qui illustre ce billet provient de la série Deux, du photographe Jon Duenas dont j’aime beaucoup le travail.

52 réflexions sur “Cinquante choses pourtant passionnantes…”

  1. Moi aussi je me parle en anglais quand je suis seule chez moi (à voix haute ou dans ma tête, avec un accent de fou)! Je me sens moins seule tout d’un coup.

  2. J’ai dévoré ce billet comme une véritable gourmandise. J’ai eu le sourire tout du long et je me suis même esclaffée parfois, surtout quand je me reconnaissais un peu au détour de certaines descriptions. Bref, je n’arrive pas à bien exprimer ce que j’ai ressenti en lisant ton billet à part ce sourire qu’il a appelé et qui fait follement de bien ! Alors merci, tout simplement :)

  3. Très joli exercice qui nous permet de te découvrir un peu nous aussi.
    Je comprends tout à fait ce que tu veux dire quand tu dis que tu n’es pas compétitrice et que le succès ne vient pas toujours là où tu l’attends. Je suis pareille. Et persuadée, aussi, que le travail, même dans l’ombre, finit toujours par payer.

  4. Je lis ton blog depuis des années et j’aime vraiment ton écriture, tes jolies photos. J’ai beaucoup aimé ce billet qui te raconte en petites choses anodines ou pas, mais pas celles que l’on utilise en général pour se décrire et c’est très agréable à lire !

  5. Te rends-tu compte ? Deux mois d’absence et un billet tellement… tellement joli.
    Alors merci, tout simplement, pour ce moment très touchant, qui transmet du bonheur. (… dit celle qui voudrait en dire beaucoup plus mais qui n’ose pas, car elle risque d’en écrire une tartine et préfère rester sur les mots-douceurs qu’elle vient de lire…)

  6. Je viens de découvrir ton blog qui vraiment excellent , j’ai adoré lire ton billet, je vais parcourir le reste de ton blog et merci aussi pour le lien de Solange, je ne connais pas non plus !

  7. Je n’ai jamais le temps de me pencher sur moi, et j’ai envie de dire heureusement tellement je ne me vois pas comme les autres me voient, (c´est que je suis à côté de la plaque aussi, quand même, mais je l’aime bien, cette plaque, moi), mais j’ai ADORÉ me pencher sur toi!

  8. Je n’ai pas bien le temps de me pencher sur moi, et j’ai envie de dire heureusement tellement je ne me vois pas comme les autres me voient, ( c’est que je suis à côté de la plaque aussi, quand même, mais je l’aime bien, moi, cette plaque!), mais j’ai ADORÉ me pencher sur toi!

  9. Oh là là Anne-So, il y a tellement de poésie dans ce billet (oui, je sais, je dis ça à chaque fois).
    Il y a plein de choses qui m’ont fait rire (les surnoms de ton chat), mes collègues m’ont prise pour une débile (parce que je ris très fort, et très franchement, et que ça fait rire)(alors du coup mes collègues ont ri sans trop savoir pourquoi), il y en a d’autres dans lesquelles je me suis reconnue un peu (le côté Cassandre, mais je ne l’ai pas pour tout), parfois un peu plus (le fait de pas trop s’aimer), parfois complètement (la culpabilité).
    Et en fait je me dis, c’est marrant comme on garde « du lien » avec les blogueurs qui ont le plus de point communs avec nous, même sans les connaître.

  10. Haha, moi aussi je rêve de fonder un club de lecture, mais je n’ose en parler à personne (D’ailleurs, j’ai noté bien consciencieusement les titres de ton article précédent). Cet article m’a fait beaucoup sourire et aussi beaucoup touché, je crois que c’est parce que les quelques points communs que nous avons – okay, je suis fière de connaitre plus de chants marins que de chansons de Madonna – sont ceux que j’ai le plus de mal a assumer. Du coup ça me met du baume au cœur de lire ça ici.

    J’ai découvert ton blog il y a peu de temps et je l’ai dévoré comme un journal intime que j’aurais trouvé dans un grenier, lisant tes voyages, tes rêves et tes réflexions comme j’aurais lu un roman. Tant de choses vraies écrites avec douceur, simplicité et aussi beaucoup de talent…Je suis heureuse de voir que l’aventure Cachemire & Soie n’est pas finie !

  11. J’adore ton billet, il m’a beaucoup ému et fait rire en même temps.
    Je me reconnais très bien dans : » Au moins une fois par jour, je peux voir dans le regard de quelqu’un, que je viens de dire quelque chose qui lui paraît bizarre » et je connais très bien la petite voix qui va avec.
    Je me sens moins seule ;-)

  12. Mais alors c’est quoi ton super pouvoir ??
    Moi j’appelle mon chien, ma belette et dès que je croise un chien (de préférence pas trop grand) dans la rue, j’ai envie de le caresser !
    Je crois aussi en la réincarnation, puisque je suis bouddhiste depuis plus de 10 ans, en fait je crois que je l’ai toujours été, mais sans le savoir. Et en effet, les animaux et les humains sont dotés de la même nature de Bouddha, c’est à dire que nous pouvons tous nous éveiller à notre véritable nature.
    A moi parfois, et même souvent, la vie me fait chier ! Et pourtant de quoi serait-on capable de faire pour pouvoir survivre à un accident ou une catastrophe (c’est la question que je me pose à ce moment là) ?
    J’ai des origines russes et danoises, et parfois je remercie d’avoir des gènes danois plus pragmatiques que mes gènes russes très excentriques et sensibles.
    Enfin, et là c’est une révélation. Je ne parle jamais de cette histoire parce qu’elle m’effraie énormément. Je m’appelle Zelda, (car mon père et ma mère lisaient Fitzgerald avant que je naisse). Mais je n’ai jamais fait d’obsession la dessus. Un jour pourtant, il m’est arrivé une histoire étrange. J’étais dans une petite bibliothèque de quartier et je cherchais un livre à lire. Ne sachant pas du tout ce que j’avais envie de lire, je me suis dit que j’allais m’en remettre au hasard et j’ai marché un moment dans les rayons. Je me suis arrêtée sur un rayon et j’ai pioché un livre sur une étagère sans rien regarder.
    Eh bien là, bing, je suis tombée sur une biographie de Zelda Fitzgerald ! Mes mains se sont mises à trembler, une impression de chaleur m’a envahi. Ça m’a paru complètement surréaliste de tomber là dessus avec tous les bouquins qu’il y avait dans cette bibliothèque ! Puis j’ai reposé aussitôt le livre et je n’ai pas pu le lire du tout. J’ai pris un DVD à la place. D’ailleurs je n’ai lu aucunes des biographies qui sont parues et c’est aussi peut être mon challenge ?
    C’est vrai que c’est amusant ce jeu car on en dit plus que ce qu’on avait prévu !
    Bises et ça fait plaisir de te lire à nouveau ;-)

    1. J’ai un peu honte de mon com à rallonge ! Tout le monde va me prendre pour une ouf .. et pourtant c’est vrai cette histoire. Mais bon j’assume, hein. Tant que je ne croise pas Gatsby, tout va bien :-)

  13. J’ai adoré cet article, j’ai adoré te lire !!!
    J’ai adoré cet exercice et euh… j’ai adoré !!

  14. Comment ça tu as plein de pseudos pour ton boulot? Ca voudrait dire que tu as déjà écrit plein de romans (sous des noms d’emprunt)?!? Argh savoir ça et ne pas savoir ton super-pouvoir, c’est dur!
    J’ai beaucoup apprécié de lire ton petit exercice et vais le reproduire, juste pour moi.

  15. La quête d’identité. C’est long, c’est un peu angoissant et flou quelque fois aussi. C’est jamais vraiment fini je crois, c’est un peu un puzzle qui s’agrandit au fur et à mesure qu’on le complète. Mais les mots de la liste ci dessus rassurent, c’est apaisant je trouve. Enfin pour moi. Aller je rajoute une pièce à mon puzzle!
    Merci pour vos articles, ils nous avaient manqués!

  16. C’est touchant, de lire tout ça…
    Au début, j’ai eu peur, j’aurai pu écrire plein de trucs pareil… puis après, non, heureusement ;-), alors j’ai souri aussi!

  17. Je viens de réaliser que j’avais mis tes deux derniers articles dans mes favoris « à relire » pour les jours où j’aurais le temps de prendre du temps pour moi. Tellement de choses m’ont interpellé dans tes écrits… merci !

  18. Belle longue liste, je te rejoins sur certains points, c’est étrange, quand même, car on a des univers totalement différents… et pourquoi ne ferais-tu pas un autre blog avec pseudo dans lequel tu pourrais te livrer sans te censurer ?

  19. Cela fait au moins 12 fois que je recommence ce commentaire. Je ne sais pas comment expliquer mais quand je lis tes articles j’ai l’impression d’avoir des nouvelles d’une amie. Je souris, je comprends tout à fait ce que tu peux vouloir dire. Ca fait du bien. C’est beau, parfois intime, honnête. Ca donne envie de rencontrer cette personne d’aller boire un thé et parler des heures, refaire le monde. J’adore. Merci.

  20. Je ne commente pas souvent et fais partie des lectrices de l’ombre.. depuis un bout de temps! J’aime ta poésie et l’énergie de vie qu’il y a dans tous tes billets, l’envie d’avancer, d’aller voir devant, et de le faire avec le plus de sourire possible.. Mais dans ta longue liste il y en a une chose avec laquelle je ne suis pas d’accord ma chère. Un petit bout de femme qui prend seule la barre sur l’océan, moi j’appelle cela une audacieuse! et une vraie!

  21. Haaaan, mais viens, on le fait ce club de lecture ! (joli billet, je t’y retrouve, et le mystère reste entier sur ce super pouvoir, je bous de curiosité)

  22. Ok, j’ai aimé te lire!
    Ok, j’ai aimé le fond!
    Ok, je me suis trouvée des points communs sur cette longue liste
    Ok, bref j’ai adore :)

  23. Beaucoup aimé, j’ai l’impression qu’on se ressemble un peu :) En tout cas j’apprécie ta franchise et ton envie de partager ce que tu es avec tes lecteurs. Je trouve que c’est important dans un blog de retrouver les imperfections et les spécificités de la personne qui écrit, c’est inspirant et on partage!

  24. Oh Anne-So comme j’ai adoré lire ce post!
    J’avais cru comprendre un peu qu’il y avait eu un certain retour dans ta vie et de le voir écrit noir sur blanc m’a remplie de joie pour toi.
    Je suis vraiment heureuse de cette nouvelle.
    Et j’ai pris beaucoup de plaisir à ce « confession intime », je ne sais pas si j’oserai le faire.
    reviens vite et plus souvent, le plaisir est intact après toutes ces années.

  25. Bonjour,
    Je ne suis pas du tout habitué des commentaires mais j’ai senti l’envie d’en écrire un aujourd’hui.
    J’ai vraiment adoré cet article !
    Tu m’as fait passé par toutes les émotions c’était vraiment agréable !
    Merci beaucoup

  26. archiarlecchino

    dopo aver trascorso l’intera giornata ad essere all’altezza delle aspettative degli altri….
    questa lettura, questa sera, mi ricorda chi sono e da dove vengo!
    archiarlecchino

  27. CarolineVilaine

    Merci, pour ce post pleins de douceurs, de franchises et de tout ce qui fait que tu es toi, unique. J’aime te lire depuis… houlà, je ne me rappelle plus mais longtemps et là première fois que je poste tellement je suis fan de ton écriture, de ce qui fait que tu es toi et que ce blog est tien, entièrement, irrémédiablement. A très bientôt de te lire.

  28. quelle idée! Coutances déprimante!!? j’y habite depuis bientôt 10 ans, et j’y suis heureuse!!! C’est une région magnifique , suffisamment loin d’une grande ville pour que les gens se bougent et créent des choses. Y a que le shopping qui y est déprimant…!! mais est ce que ça compte vraiment ?
    merci pour votre blog que je lis de temps en temps, depuis des années.

  29. Petit citron

    C’est drôle, je me retrouve dans plein de tes petits « secrets »! :)
    Moi aussi, j’adorerais avoir un club de lecture avec mes amis!
    Je suis tout à fait d’accord avec toi à propos du revenu universel et avec ta vision du travail. Mais bizarrement, c’est quelque chose d’assez tabou. Ce ne sont pas des idées que j’expose facilement autour de moi, de peur de passer pour une étrange révolutionnaire à tendance anarchiste… En règle général, je trouve les gens très conformistes. Au bout d’un moment, on se conforme soi-même (et on culpabilise d’avoir oublié ses idéaux de jeunesse…)
    Merci de nous livrer un petit bout de toi-même. ça fait du bien de savoir que je ne suis pas la seule à me sentir parfois « inappropriée »…
    Des petites bises

  30. j’ai adoré ton article, avec ces petites quotas qui en disent long et nous laisse parfois nous poser des questions hihi
    « tromper c’est pas toujours tromper » vaste discussion ;)
    merci pour ce petit moment

  31. Val Làô sur la Colline

    Quel joli exercice en effet, et je suis complètement déroutée par le nombre de choses que nous partageons… Merci pour ce partage, qui te dévoile tant.

  32. Je te lis depuis très longtemps et j’aime ton écriture tout comme j’ai aimé ces 50 choses à ton sujet…et pour t’avoir vu en vrai (merci Etsy), j’ajouterai une 51ème chose…quand on te voit on a envie de te parler et que tu deviennes notre copine.
    La semaine dernière j’ai fait la même chose que toi mais sur mon carnet perso et qu’avec des choses positives, c’était un exercice de dév pers…pour me sortir d’un trou et me remonter le moral et ça a bien marché :)

  33. Très bel exercice, très beau billet… Je rebondis juste sur ta déception des écoles « normales ». Celle de mon fils (Paris 18) l’emmène en classe de mer à 5 ans, organise le bal du printemps pour parents et enfants, fait venir un écrivain pour qu’il écrive avec les enfants une aventure inédite de son personnage, sans parler des musées, des correspondants etc.. Ajoutons y des maîtresses douces, riantes tellement dynamiques, motivées et aimant leur métier! Et qui mettent en place des activités « montessori ». À côté dans l’école privée les classes sont surchargées et les enfants font 10 000 fois moins de choses… Il faut toujours tester le public avant, éventuellement, de changer!

    Amitiés!

  34. Ce blog est une découverte. LA découverte… de quoi me réconcilier avec « la fille qui sommeille en moi » … de quoi me dire que je ne suis pas seule à penser ce que je pense et à ressentir ce que je ressens… de quoi me donner envie d’écrire plein plein de choses et de lire tout ce qui se trouve ici…et ailleurs…
    Merci madame…

  35. Que je te rassure: il y aplein d' »écoles normales » qui ne sont pas pourries du tout avec de bons pros dedans.Et d’ailleurs,les enfants ne sont pas de petites choses fragiles à préserver de tout (comment ont été élevés les grands hommes et femmes: Marie Curie,Victor Hugo,Simone de Beauvoir,Jean Moulin etc (noms donnés au pif)…? dans des écoles sur mesure?

  36. Haha, j’adore ce genre de billet où on dévoile des parties de nous qui n’est pas censé être dévoilé sur un blog.
    Je me reconnais dans pas mal de chose surtout pour la croyance en la réincarnation, le fait que le « divin » est en toute chose et aussi que l’école normale, c’est nul! (mode rebelle)
    Moi aussi, je plussoie le revenu de base inconditionnel et puis avec ça, les gens pourront commencer à suivre leur métier de rêve au lieu de se tuer à un boulot qu’ils détestent! D’ailleurs, j’ai signé une pétition pour ce revenu sur Avaaz.
    Les courses d’escargot, ça a l’air marrant (ou pas x) ).

  37. Merci Anne-Solange !
    Hyper touchant + libératoire pour la femme/blogueuse/comédienne/tarologue que je suis ;)
    Ha ha la quête d’identité… J’aime.
    J’ai sous-titré mon blog « La Route Vers Soi ». Ton billet me montre encore une fois que laisser simplement les autres nous regarder tel(le)s que nous sommes est le plus beau des cadeaux.
    Love + Light,
    Mathilde

  38. Bonjour !
    Ce post était un vrai régal à lire. Je te lis régulièrement mais je n’avais jamais commenté.
    Comme j’aime autant la plume que la personne qui émanent de ce blog, je me suis permis de te « taguer » pour que tu répondes à 11 petites questions… Si le coeur t’en dit, cela ne sera qu’un petit addendum à ce magnifique post ! Les questions sont là : http://fortetetesurtalonshauts.blogspot.fr/2014/04/3-derniere-partie-du-tag-mes-11.html
    En espérant que tu ne trouveras pas cela déplacé.
    Manon

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *