fbpx

Tout était là…

daydream-001

Il y a des choses toutes simples dont on peut rêver vingt ans avant qu’elles se produisent enfin.

Contempler sans dépit son reflet dans un miroir. Recevoir un vrai baiser d’amour. Retrouver au fond de sa mémoire un souvenir perdu. Entendre par hasard ces quelques mots qui déroutent à jamais le cours d’une vie. Se reposer vraiment…

Elles arrivent toujours par le plus grand des hasards, sans qu’on les ai vues venir. Comme si, pour se produire, elles avaient attendu de nous avoir ôté jusqu’au plus petit grain d’espoir. Comme s’il fallait qu’on les remise jusqu’à l’oubli pour leur permettre d’apparaître.

Samedi dernier, j’ai appris à pêcher à la canne à pêche sur le pont d’un bateau. À reconnaître les crevasses dans lesquelles se terrent les homards, à les en déloger sans les blesser. À lover correctement une écoute. Rien qui soit propre à modifier le cours d’une vie. Pourtant, ces petits riens, j’ai passé vingt ans à les désirer de toute mon âme. Douloureusement. Comme si sans cela, il me manquerait toujours quelque chose.

Et tout à coup, ils ont surgi, ces riens du tout que j’avais demandé si fort, mais qui, vidés de leur espérance, avaient fini par s’enterrer d’eux-mêmes. Tout était là. La plage déserte, les mains fabuleuses de mon père qui me semblent toujours dotées d’une connaissance infinie de toute chose. Le silence. Un soleil écrasant. Mon frère. Juste nous : des enfants à nouveau. Ses enfants. Des morceaux de soi épars qui se rassemblent enfin. Comme on se trompe, souvent, en méprisant l’éclat du dérisoire.

daydream-002

daydream-005

daydream-007

daydream-004

daydream-003

daydream-006

42 réflexions sur “Tout était là…”

  1. « l’éclat du dérisoire », quelle jolie expression ! Le dérisoire, je trouve que c’est la plus belle chose de la vie. Toutes les choses à priori insignifiantes, j’essaie toujours de leur donner une jolie place, ce sont elles qui font que notre vie est belle.
    C’est très difficile de te dire ô combien je suis d’accord avec toi et ô combien je suis contente pour toi, que tu aies réussi à vivre toutes ces choses que tu n’espérais plus. C’est un très beau cadeau de la vie!

  2. Je ne sais pas pourquoi, en te lisant aujourd’hui, j’en ai presque eu les larmes aux yeux. Je pense que tu as perçu, sans vouloir la mettre en cage, un peu d’essence de beauté absolue en ce monde.

  3. Oh que oui ! Les plus grandes choses sont souvent les plus petites. On rêve tous d’inaccessible et parfois on se rend compte que c’est la chose la + simple qui nous manquait.
    Superbe texte, merci merci merciiiiii ! :)

  4. Très doux ce ton rose clair. Tu t’y es prise comment en effet ?
    En tout cas, je te suis totalement, les choses les plus simples sont les plus belles. Pour moi, rien ne vaut un coucher du soleil.

  5. AhAh, pour l’effet, je vous raconterai tout ça une prochaine fois, c’est si simple que vous serez sans doute un peu déçues, alors je vous laisse mariner un peu :)

    Moi pour être franche, j’hésite entre trouver ce traitement « mignon » et « tout à fait affreux ». Mais ça correspondait bien, tous ces flous, ces couleurs saturés, ce manque de repères dans les perspectives, les cadrages… à l’idée que je me fais de la façon dont on enrobe ses souvenirs un peu enchantés.

  6. J’adore ces photos et cet effet (et hâte de savoir le comment du pourquoi)
    Et pour le texte… J’ai les larmes aux yeux, sûrement parce qu’au fond… On désire tous la même chose…

  7. Ces clichés semble sortis d’un rêve fait sur la plage, lorsque le soleil nous ébloui encore à travers les paupières closes.

    Et sinon tu as raison, les mains des papas semblent souvent dotées de toutes les connaissances.

  8. Ton message est magnifique, oui, ne jamais désespérer, toujours y croire à ces choses toutes simples, même quand on croit les avoir « remisé jusqu’à l’oubli »… Un beau message d’espoir, tes mots font du bien à lire, merci!

  9. another daughter

    Le hasard a bien fait de me faire attendre de lire cet article tranquillement chez moi plutôt qu’au bureau comme je le fais souvent

    Les yeux humides

    J’oublie parfois que ce que j’espère toujours de lui et qu’il semble avoir tant de mal à exprimer, il m’est arrivé de l’apercevoir dans de rares et tous petits riens comme ceux-là

    merci pour ce texte

  10. Un univers photo entre brume du matin sur la plage et david hamilton le retour, des mots délicats, je suis conquis !

    Bravo pour cette légèreté qui donne un sens à nos vies (loin de la brutalité des infos TV)

  11. Ton post ton à point pour moi.
    Je viens de passer un we avec mes 3 meilleurs amis rencontrés au lycée. C’était week end sans conjoints et sans enfants (même pas fait exprès).
    On se voit 1 fois par an maxi et j’appréhende toujours un peu : « ce ne sera peut être plus pareil qu’avant »
    On n’a rien fait d’exceptionnel, juste tous les 4 à jouer aux carte, lire, chahuter, se promener.

    Finalement c’est peut être ça le bonheur, des petits rien avec les gens qu’on aime.

  12. Oh ! J’adore, j’adore, j’adhère ! Moi aussi j’aimerai que dans 10 ans, je puisse enfin réaliser ce dont je rêve aujourd’hui… Et puis tous ces smiley qu’on ne trouve nulle pas ailleurs ! Pour la peine je m’en enfile une petite ligne :
    :beurre :miam :mikado :cerise :cookie :2choco :confit :torti :crown :coeur :trefle :star :pique :gold

Répondre à lafilladavril Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour haut de page