fbpx

Bons baisers de Maurice

paradis-01

De ces quelques jours passés à bord d’un catamaran le long de la côte ouest de l’Île Maurice, je me rends compte que je garde quelques souvenirs très nets, éblouissants, qui représentent des instants très courts, comme ce matin où j’ai ouvert les yeux sur le mouillage surplombé d’un immense arc-en-ciel, ou l’intensité d’une plongée improvisée avec trois dauphins choux-fleurs, au large des côtes mauriciennes.

Le reste du voyage est plongé dans les nimbes colorées des eaux multicolores que nous avons admiré si longtemps qu’il me semble souffrir d’une forme de persistance rétinienne qui me ferait presque voir le métro en couleur, ce matin. C’est la raison pour laquelle, sans doute, il m’est difficile de trouver un fil conducteur à ce récit.

Peut-être devrais-je donc commencer par le début : j’ai le tourisme en horreur. Et je suis la première surprise d’avoir sacrifié de bonne grâce une part non négligeable de mes économies pour un voyage comme celui-ci. Mais à ma décharge, ce voyage s’est décidé sur un coup de tête qui était surtout un coup de blues et sans la moindre préparation. J’imaginais aussi, je crois, qu’une traversée en voilier nous mettrait à l’abri de ce qui m’horripile dans le tourisme tel qu’il est présenté dans les plaquettes des Tour Operator (il suffit, pour voir de quoi je veux parler, de contempler n’importe quelle brochure touristique de Paris : j’ai toujours l’impression qu’on y parle d’une ville de carton pâte à cent lieues de la mienne) et qui, chaque fois que j’ai pu en faire l’expérience, me laisse une immense impression de tristesse et de vide, comme si l’on m’avait délibérément tenu à l’écart de ce qui ferait vraiment l’intérêt du voyage.

Mais on peut dire que sur ce point précis, je n’ai pas eu le nez fin : nous avons probablement écumé tout ce que Maurice propose d’occupations touristiques. Et si, les premiers jours, je reconnais avoir traîné des pieds, j’ai fini par en prendre mon parti et décidé de ne pas bouder mon plaisir : touristique ou non, la côte est tout simplement splendide. On peut sans aucun doute passer chaque jour de sa vie à contempler ces rivages sans jamais se lasser.

C’est d’ailleurs à cela que j’ai passé, finalement, le plus clair de mon temps : regarder la mer et la prendre en photo. Et grâce à toutes ces escapades, me voilà ainsi à la tête d’une jolie collection d’images du Paradis.

Commençons donc par le Paradis, même si j’y reviendrai plus tard.

paradis-17

paradis-16

paradis-13

paradis-12

paradis-11

paradis-09

paradis-08

paradis-07

paradis-06

paradis-005

paradis-0005

paradis-05

paradis-04

paradis-03

paradis-02

Et voici quelques notes, à propos de ces photos.

La première image est une vue de Maurice depuis les hauteurs de l’île, au sud, sur la route qui mène à la ville de Chamarel. J’ai pris de quoi réaliser une vue panoramique, mais je ne l’ai pas encore correctement montée. Je la publierai peut-être dans les jours qui viennent.

Ensuite, le sable. Une image du rivage de l’îlot bénitier, cette île déserte qui évoque à merveille celle de Robinson Crusoé… si l’on ignore, bien entendu, les échoppes où l’on tente de vous faire acheter un paréo imprimé de dodos pailletés. Les marchands vous abordent avant même que vous ayez posé le pied sur l’île. Mais il suffit de s’éloigner de quelques mètres et nous y voilà : d’un côté une végétation foisonnante, de l’autre la mer et toutes les nuances de bleu lagon imaginables. Entre les deux, cette fine ceinture de sable blanc si doux qu’on s’y allonge sans prendre la peine de s’en protéger d’une serviette de bain.

Ensuite, un bénitier trouvé sur une petite plage où la baignade n’est pas autorisée, mais où quelques pêcheurs à pied semble avoir établi leur aire de chasse. Les coquillages sont plutôt rares sur les plages, mais nous en avons trouvé trois d’un coup, sur celle-ci. Nous ne sommes pas autorisés à les transporter en avion, aussi les ai-je laissé sur place. Mais à la réflexion, je ne crois pas que les mauriciens se seraient formalisés si je les avais rapporté.

La grosse vague que vous voyez ensuite ressemble à toutes celles que l’on peut apercevoir au large des côtes mauriciennes, là où se forme la barrière de corail. Celle-ci a été prise au sud de l’île, près de la Roche qui pleure. Je vous en reparlerai plus longuement.

Les palmiers. Si je pensais découvrir une île riche d’une plus plus grande diversité de fleurs (nous entrons dans l’hiver à Maurice, peut-être n’est-ce plus la saison), je ne pensais pas qu’il existait autant d’espèces de palmiers. L’île propose une végétation incroyable, d’une densité et d’une variété euphorisantes. Un vrai paradis pour paysagistes.

Les roches noires qui se découpent ainsi sur le bleu de la mer sont une vue de l’île plate, qui se trouve au nord de Maurice à quelques heures de bateau. Une île déserte, encore. J’étais surprise, dans tout ce bleu turquoise, de découvrir soudain ce bleu profond et une vue qui me rappelait celle des côtes bretonnes (la pierre noire, pourtant, ne peut en aucun cas s’apparenter à la Bretagne puisqu’elle est, ici, d’origine volcanique).

Les eaux turquoises que vous voyez ensuite sont celles qui vous accueillent au large de l’îlot Bénitier.

Les trois photos suivantes ont été prises une vue depuis la falaise, sur la route qui mène à Chamarel. Le point de vue y est si beau que les mauriciens eux-mêmes, y arrêtent quelquefois leur voiture pour gravir le rocher et contempler le paysage.

Ensuite, une autre vue de Maurice depuis les hauteurs de Chamarel.

La photo où j’apparais a été prise sur l’îlot Bénitier. Parfois, c’est un peu bête, mais on pressens qu’il nous faudra des preuves, ensuite. Posséder quelque chose de tangible qui nous permettra de réaliser que non, on n’a pas rêvé : on était bien là-bas.

Ces fleurs de frangipanier (qui comptent parmi les emblèmes de l’île) sont les seules que nous ayons croisé durant notre séjour. C’était en bordure de route, un buisson qui s’échappait de la haie d’une habitation. J’ignore quelle est la saison où l’on peut en voir le plus, mais j’aurais aimé ça, que les arbustes en soient pleins. Et puis je n’ai pas pu savoir si elles ont un parfum.

Les trois dernières photos, enfin, ont été prises dans le jardin de Pamplemousses qui est le plus réputé de île. Je n’ai pas fini de trier les photos, mais je pense que je ne reviendrai pas dessus. Bien entendu, c’est un espace magnifique, mais qui manquait de vie à mon goût.

Bien, ce premier billet prend des allures de roman fleuve. J’essaierai de me montrer plus concise pour les suivants, mais je ne peux rien promettre…

paradis-077

Billets sur le même thème

43 réflexions sur “Bons baisers de Maurice”

  1. Wahou tes photos sont superbes, et ça donne vraiment envie de découvrir l’île Maurice…
    J’espère que le retour à la réalité n’est pas trop difficile.

    Bon retour :)

  2. Tu n’as pas idée à quel point tes photos font du bien dès le matin ! J’envisage un petit voyage de ce genre au soleil pour l’année prochaine et ton récit en images me donne très très envie de découvrir l’île Maurice !
    Merci :)

  3. C’est très amusant, en voyant tes premières photos (enfin, pas la toute première), je me suis aussi dit que ça ressemblait beaucoup à la Bretagne. Après, moins ;-)

  4. Je partage complètement ta vision du tourisme et ton récit imagé me donne bien plus envie de découvrir l’Île Maurice que n’importe quelle brochure touristique. Bien que je ne sois pas très branchée plage et cocotiers, je trouve tout de même la nature mauricienne splendide !

  5. ♥ tu parles si bien de mon pays sourit
    Si tu penses un jour y retourner , fais moi signe, mes parents viennent d’ouvrir leurs chambres d’hôtes :clin
    En tout cas, merci, j’ai la nostalgie du pays dans ma petite Suisse frigorifique ♥

  6. houla il faut que je redescende sur terre maintenant, un lundi matin en plus ?? en tous cas merci du voyage, c’est une destination qui me plaîrait bien pour de prochaines vacances …

  7. oh pas de problème tu peux même écrire un roman-fleuve pour nous montrer ces belles couleurs ! des photos qui donnent plus qu’envie après ces plusieurs jours de retour d’automne que nous avons eus….

  8. Ahhhh l’Ile Maurice, peu de gens la connaissent vraiment malheureusement. A part les plages et les hôtels de luxe certains en ignorent les richesses. C’est dommage. Mon mari est Mauricien donc je parle en connaissance de cause. Bon voyage et profites bien

  9. Ces photos donne tellement envie de s’échapper à l’autre bout du monde quelques instants… J’imagine que le retour à la réalité n’es pas évident, bon courage !

  10. Je reviens d’Islande et avec les températures que nous avons en Angleterre, je dois dire qu’un peu de soleil et de chaleur ne me feraient pas de mal! Un grand merci pour ce bel article qui fait rêver ;o)

  11. C’est sublime ! Je comprends ta réticence quant aux vacances de ce type, j’ai moi même eu un peu peur en partant à Tahiti l’an passé. Mais finalement, on se laisse quand même emporter, les paysages sont tellement magnifiques… Ça serait dommage de ne pas leur faire honneur en les boudant :)

  12. Merci pour ce petit bout de vacances que tu m’as offert ce matin, bien au chaud dans mon bus, en direction du boulot.
    Tes photos sont très belles.
    Et je te souhaite d’avoir l’occasion de sentir le parfum des fleurs de frangipanier, ça sent merveilleusement bon !
    Bon retour sourit

  13. J’ai adoré l’île Maurice même si mon séjour m’avait paru bien trop court… mais c’est toujours ainsi lorsqu’on s’évade, le dur retour à la réalité des halls d’aeroport sonne souvent trop tôt le glas d’une escapade dans un petit coin de paradis.

    Merci pour ce billet coloré, tu m’as fait revivre un peu la magie de ces douces journées…

  14. quel dommage que tu n’aies pas pu sentir le doux parfum des fleurs de frangipaniers c’est un des seuls souvenirs que je n’ai pas pu ramené de mon voyage en Australie et je tente depuis de le retrouver mais aucune fragrance artificielle ne peut reproduire cette douce et voluptueuse essence.
    Que de belles photos, merci pour cet aperçu du paradis

  15. ah l’ile maurice, il y a un peu plus d’un mois je contemplais les memes paysages que toi… que de souvenirs en voyant tes photos, merci ! j’ai un peu la meme vision du tourisme que toi, nous avions la chance de loger chez des mauriciens puis nous avions loué un appart, une voiture de loc’ pour etre independant et nous voila completement sorti des brochures des TO !

  16. Le paradis en effet ! j’adore les fleurs de frangipanier ! Faut que j’aille à Maurice ! Ta première photo est la plus belle je trouve ! Demain, chez moi c’est la Sicile…

  17. Aaaah Maurice, j’y étais également il y a quelques semaines … j’y allais un peu en traînant les pieds, puisque j’avais dû annuler mon voyage au Japon compte tenu des évènements et je me disais que quitte à ne pas aller au Japon, il fallait pour une fois que je fasse de vraies vacances repos et farniente (tout ce que je n’aime pas d’habitude) et que ça ne me ferait pas de mal de me poser sur une île paradisiaque … pour être honnête, en arrivant, j’ai trouvé que ça n’avait rien de paradisiaque, c’est joli certes, mais ce n’est pas non plus à tomber (ça fait blasée de dire ça, j’en suis consciente, mais c’est exactement ce que j’ai ressenti): la plupart des plages (à part celles des grands resorts biensûr, mais c’est tout ce que je déteste) n’ont vraiment rien d’exceptionnel, les routes sont cahotiques, les villages ressemblent parfois plus à des bidons ville qu’à autre chose, c’est souvent assez sale et/ou mal entretenu … Mais finalement c’est ça que j’aime là-bas : ce n’est pas aussi lisse que ce qu’on nous montre dans les brochures, c’est gentiment le bordel dans un cadre très agréable et, comme partout dans le monde, si on s’éloigne un peu des sentiers battus, on a de belles surprises. Moi qui suis fan de l’Inde et de la Thaïlande, je me suis finalement laissée convaincre par ce joli pays et me suis laissée porter par la douceur de vivre et la gentillesse ambiantes … et finalement, j’ai adoré Maurice pour tout l’inverse de ce à quoi je m’attendais …
    Merci pour ces superbes photos, j’attends avec impatience la suite ;)
    Welcome back.
    Virgie

  18. Ah non non je n’espère pas que tu sois plus concise, j’aime ta manière de raconter les choses !
    Comme toi j’ai toujours peur de passer à côté des choses lorsque je fais du « tourisme », parfois c’est inévitable, mais sur place on peut toujours sortir un peu des sentiers battus et faire de belles rencontres qui nous montrent le lieu « autrement ». En attendant j’ai hâte de lire la suite et de voyager un peu avec toi (même si je reviens moi même de vacances, 4 jours à Edimbourg, c’est différent mais tout aussi dépaysant !).

  19. Merci pour la balade Anne-So, c’est superbe :)
    Je n’aime pas tellement les lieux touristiques non plus, pourtant il faut parfois laisser ses préjugés de côté pour découvrir des lieux magnifiques comme ceux-là.
    Je ne suis jamais allée à l’Ile Maurice, mais deux de mes amies proches sont mauriciennes, et toujours amoureuses de leur île malgré leur exil en France… Ça doit être tellement reposant !

    Tu es rayonnante en tout cas, les vacances te réussissent bien.

  20. C’est somptueux :coeur autant tes photos qui sont merveilleuses que tes petites notes explicatives des lieux et de ton ressenti. J’aime beaucoup cette spontanéité avec laquelle tu décris ce que tu as vu et fait, c’est un peu comme si on visitait l’île avec toi et tes souvenirs. Et puis tu as raison pour les preuves tangibles, les voyages sont des parenthèses extraordinaires, comme des petits rêves si bien qu’on finit par se demander si on a vraiment été là bas !
    Bref merci pour ce petit voyage, j’adore ça.
    Bises et bon retour.

  21. Mnêmosunê

    Ah la fleur de frangipanier, j’en ai vu quelques unes à Bali…
    Merci pour ce joli bout de carnet de voyage c’est peut être pas concis à tes yeux, mais les miens se régalent ! sourit

  22. Je reconnais là, le Morne, le jardin de pamplemousses, Chamarel,…
    Je vis dans l’est de l’île, à Roches Noires. As-tu eu l’occasion de parcourir ce secteur ?
    J’ai connu Maurice il y a une vingtaine d’années en tant que touriste et maintenant je la découvre en version « Maurice la locale », une toute autre dimension…
    Belle journée,

  23. Je ne connais pas l’Ile Maurice, je me suis souvent demandé si ce n’était pas trop envahi de touristes.. sans doute que non, vu tes très belles photos

    Une jolie croisière c’est vraiment l’idéal pour découvrir les plages et les criques, voir des paysages somptueux, des couchers de soleil fabuleux aussi !

    Tu as fait de la plongée ?
    Il parait que c’est un trésor sou marin

    En tout cas ça me rappelle beaucoup ce voyage en bateau indonésien dans la mer d’Andaman, pour le coup c’est le bout du monde mais je recommande
    http://farawaytrends.wordpress.com/2010/04/15/islands-in-the-sun-jeu/#more-4092

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour haut de page