fbpx

Notre île

club-med-colombus-isle-heighkey-001

En voyant cette photo, maman s’est exclamée : « Oh ! C’est notre île! »

Notre île. Comme j’aime cette formule. Car c’est ce qu’ont été ces vacances pour nous. Un moment qui nous était réservé, à nous seules. Exactement une île. Je n’avais pas vraiment réfléchi à tout cela en lui proposant de m’accompagner, mais je suppose que j’avais envie, pour une fois, de ne pas la partager. Peut-être mue par quelque chose qui me venait de loin, entièrement du à mon statut d’aînée. Avoir maman à moi toute seule.

Nos moments de tête à tête ne sont pas si fréquents dans la vie quotidienne. Ma mère est quelqu’un qu’on partage. Elle est toujours entourée d’une multitude de personnes qui la réclament, la recherchent, quelquefois l’accaparent. Elle a ce type de personnalité qui fait que tout le monde l’aime. Je me souviens l’été dernier, cette frustration mordante. En deux semaines, je n’avais pas eu la moindre occasion de lui parler vraiment. J’en voulais à tout le monde.

Alors ces vacances, c’était un peu ça : une orgie de ma mère. À moi, à moi, à moi. Tout le temps. Pour se baigner cent fois par jour, pour petit déjeuner, déjeuner et dîner, pour la crème solaire dans le dos et la Biafine après les coups de soleil, pour les « bonne nuit » avant de s’endormir et les « fais attention chérie » avant d’aller faire du bateau…

Dans l’avion, au retour, je me suis endormie contre son épaule. Elle a dit « tu dormais, mon ange ». Maman, all inclusive.

« Notre île », c’est la jolie plage de Heigh Key, privatisée par le club pour des excursions d’une journée. Elle avait tenu à m’offrir cette sortie : promenade en bateau à travers la Mangrove parmi les palétuviers, déjeuner sur la plage à base de langoustine grillée, baignade dans une eau transparente comme le verre etc… Elle avait le regard qui brillait rien qu’en lisant le descriptif de la journée.

Ce jour-là, nous avons vu une gigantesque étoile de mer, j’ai rapporté un coquillage extraordinaire et des dizaines de plus petits. Une jeune fille bahamienne m’a aidé à les ramasser. J’ai tenté d’apprendre le MoonWalk avec Joshua, notre guide et nous avons parlé de Mickaël Jackson, des Bahamas et de mille autres choses à l’arrière du bateau, pendant que les autres plongeaient. On s’est baignées dans l’eau presque trop chaude du lagon en se faisant des ping pongs de sourires émerveillés.

Mais finalement, si l’on fait exception du paysage, on n’a rien fait de très spécial, cette semaine-là. On a répété les mêmes discussions que celles qui nous occupent chaque jour au téléphone, été agacées l’une par l’autre des mêmes petits défauts qui font parfois qu’on se dispute. On a fait la même chose que toujours. Mais je me sens pourtant unie par elle d’un petit lien supplémentaire aujourd’hui. Par quelque chose qui n’appartient qu’à nous et que l’on chérit avec une intensité identique. C’est cet espace précisément, notre île.

club-med-colombus-isle-heighkey-006

club-med-colombus-isle-heighkey-007a

club-med-colombus-isle-heighkey-008a

club-med-colombus-isle-heighkey-007b

club-med-colombus-isle-heighkey-008b

club-med-colombus-isle-heighkey-009

club-med-colombus-isle-heighkey-010

22 réflexions sur “Notre île”

  1. Oh oui c’est bien de profiter de sa môman de façon exclusive ! Que de bons souvenirs vous devez avoir toutes les deux de ce séjour de rêve ! C’est un vrai paysage de carte postale, j’adore !

  2. Ton billet donne évidemment de partir à la découverte de cette île, mais surtout de prendre le téléphone et d’appeler sa maman, et pourquoi pas lui proposer une escapade à deux… Un billet qui fait du bien de bon matin, tant par les photos que par les sentiments qui s’en dégagent. Merci.

  3. Ce billet est d’une telle finesse, d’une délicatesse émouvante, qu’il m’a donné envie de monter dans le premier avion rien que pour traverser l’océan et embrasser ma mère. Dans un voyage, la destination n’est que le cadre d’un joli moment de partage et complicité avec ceux qui nous aimons et qui nous offrent en cadeau leur agréable compagnie. Les photos sont le reflet de ce beau moment entre toi et ta mère. Magnifique.

  4. C’est juste magnifique! Les photos bien sûr mais aussi ce bel hommage à ta maman. Bonne journée, en tout cas la mienne vient d’être ensoleillée par cette tendresse.

  5. Passer du bleu au vert pour la dernière photo c est une très bonne idée et à l oeil , magnifique. Quelle belle relation mère-fille, simplement de l amour……

  6. Merci pour ce magnifique billet, je crois que c’est la première fois que tu nous parles de ta maman, et aussi bien, j’en ai les larmes aux yeux. Ma fille est grande maintenant et plus très loin de partir faire sa vie, mais je viens de comprendre qu’en fait on ne quitte jamais vraiment ses parents.
    C’est idiot mais je n’y avais pas pensé avant (peut être parce que j’ai jamais eu cette belle complicité avec la mienne, malheureusement), avec les disputes qui vont avec, ça fait partie du jeu.
    Les photos sont très belles et font rêver. C’est amusant mais j’avais les mêmes préjugés que toi sur les clubs.

  7. Bien Chère toi,
    Tu viens de me faire monter les larmes aux yeux …
    Tout ceci est tellement joliment dit, tellement plein de gentillesse et générosité… Tellement qu’à sa lecture je n’ai pu que faire le triste constat que ma maman à moi n’était plus … Que ces moments j’aurais tant aimé les vivre avec elle, histoire de me rappeler ce qui faisait nos disputes, histoire aussi de partager et construire de magnifiques souvenirs.
    Aujourd’hui j’imagine à travers tes mots ce qu’auraient ou être mes vacances avec elle …
    Je me dis aussi que c’est ce que je veux offrir à ma fille …

    Merci beaucoup pour ces jolis mots d’amour,
    Et pour l’échappée ensoleillées poétique et paradisiaque que tu nous as offert !

    Marie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour haut de page