Bribes d’Australie – La forêt tropicale

IMG_3619

Dans cette troisième et dernière partie de ce périple australien, je vous emmène autour de Cairns, dans la forêt tropicale de Daintree. J’ignore si j’y aurais posé mes valises de mon propre chef, bien trop effrayée a priori par tout ce qui y grouille : insectes, grosses bêtes en tout genre et petites bestioles pas toujours sympathiques. Les dieux ont été de mon côté, il faut croire, car je n’y ai pas croisé la moindre araignée, ni le plus petit serpent – en dehors du cadre très organisé des visites.

Pour autant, je garde une impression très particulière de ces quatre jours : je mentirais en disant que je m’y sentais tout à fait à l’aise et en même temps, j’étais éblouie, littéralement. Eblouie par cette abondance de vert qui vous fait ressentir comme nulle part ailleurs la puissance phénoménale de la nature, et aussi par la quiétude absolument magique qui règne au coeur de la forêt. Eblouie, encore, par les parfums lourds que transporte l’air, les couleurs, les sons. Ici, tout était différent, depuis le cri des oiseaux dans les arbres jusqu’à la taille du plus petit brin d’herbe. Et d’un autre côté, je n’avais jamais éprouvé auparavant cette sensation de – je ne sais pas trop comment le décrire – comme si c’était trop vivant pour moi. Je me sentais comme écrasée par la vie, vulnérable. Pourtant, assez paradoxalement, c’était une sensation grisante.

Je comprends mieux désormais pourquoi tous les sorciers, tous les mages et toutes les fées de l’Histoire élisent domicile au coeur des plus vastes forêts.

Mais revenons à cette liste éparse de choses à faire, à voir, d’endroits où séjourner, d’idées…

+ Se lever tôt
À cette époque de l’année (septembre), le soleil se couche relativement tôt, autour de 18h30. C’est une occasion parfaite pour modifier un peu ses habitudes. Je me suis levée tous les jours à 5h30 pour profiter des premiers rayons du soleil, et pas une fois je n’ai été déçue par ce petit effort. J’ai pu voir et profiter de plein de petites choses extraordinaire, dans un calme total. Et puis, il n’y a pas de secret : pour les photos, le matin ou la fin de journée n’ont vraiment pas leur pareil.

thala-beach-001

 

thala-beach-002gthala-beach-004g

thala-beach-002dthala-beach-003g

+ Une leçon de noix de coco !
Thala Beach Nature Reserve, comme son nom ne l’indique pas exactement, est un hôtel. Mais pas n’importe quel type d’hôtel : on y dort dans des bungalows qui donnent tous sur la forêt tropicale avec, un peu plus loin, la mer. Le lieu en lui même est si paisible qu’il pourrait porter le nom de « retraite » et je n’ai aucun mal à imaginer des visiteurs séjourner ici durant de longues périodes, totalement coupés du monde. Le genre d’endroits où on imagine que des écrivains en quête d’inspiration viennent finir leur roman. On peut accéder à la plage qui se trouve en contrebas à pieds et nous avons reçu une fabuleuse conférence in situ sur les particularités de la forêt tropicale, et notamment sur les noix de coco qui sont, je l’ai découvert à ce moment-là, un fruit tout à fait fascinant. Petite surprise supplémentaire : lors de notre séjour, une maman wallaby particulièrement portée sur les bananes mûries à point, avait pris l’habitude de venir chercher un peu de nourriture tous les soirs à l’hotel :)

thala-beach-006

thala-beach-007g

thala-beach-008g

thala-beach-007d

thala-beach-008d

+ La forêt en téléphérique
Je suis toujours un peu dubitative devant ce type d’activité, mais le téléphérique de Cairns en vaut la peine, en particulier si le temps est un peu gris et que les nuages s’accrochent à la cime des arbres. Pensez, si vous voulez faire des photos, à munir votre téléphone portable d’une petite sangle, j’ai tendance à penser que le sol de la forêt en est littéralement jonché :)

sky-rail-001

 

sky-rail-002g
sky-rail-003d

sky-rail-002d

+ Nager dans un Billabong
On trouve, semble-t-il, de nombreux « trous d’eau » dans la forêt tropicale. L’eau vient de la montage et, par un miraculeux apport de minéraux, se colore naturellement d’un bleu indéfinissable. Celle-ci est une pureté hallucinante et on peut s’y baigner en confiance (ma confiance est tout de même restée très relative), du moins dans certains d’entre eux. N’allez pas vous baigner n’importe où à cause de moi, hein, d’autant plus que certains billabongs sont utilisés pour des rituels aborigènes et qu’il est demandé de ne pas s’y rendre n’importe comment. C’est à Heritage Lodge que nous avons pu faire l’expérience de quelques brasses dans l’eau bleue du billabong, sous un toit de verdure. Un moment vraiment inoubliable. J’en profite aussi pour ajouter que l’hôtel est un endroit absolument charmant, avec ses petites cabanes au parquet orangé d’où on entend les bruit de la forêt comme si nous étions sous une tente.

Heritage-lodge-001

 

Heritage-lodge-002g

Heritage-lodge-003g

Heritage-lodge-004g

Heritage-lodge-002d

Heritage-lodge-003d

Heritage-lodge-004d

+ Une promenade en forêt
Façon de parler car le Daintree Discovery Center est tout ce qu’il y a de plus aménagé (et pour parler franchement, il faudrait me payer pour aller me balader là dedans si ce n’est pas un tant soit peu prévu pour ça), mais c’est un vrai plaisir de déambuler sur les passerelles de bois qui s’enfoncent dans la verdure. Et puis un audioguide vous apprend mille choses passionnantes sur la forêt. Nous avons aussi déjeuné sur place d’un menu à base de produits de la forêt qui tenait tout à fait la route (ne loupez pas la délicieuse boisson au jus de je-ne-sais-plus-quoi, super rafraîchissante et d’un rose hautement instagrammable que j’ai, hélas, échoué à photographier. Inutile de le préciser je crois, mais au cas où : évitez les heures d’affluence, en particulier les sorties scolaires.

Daintree-Discovery-Center-001

 

Daintree-Discovery-Center-002g

Daintree-Discovery-Center-003g

Daintree-Discovery-Center-004g

Daintree-Discovery-Center-002d

Daintree-Discovery-Center-003d

Daintree-Discovery-Center-004d

+ Une heure de Snorkeling sur le reef
La forêt tropicale de Daintree a une particularité : elle se trouve non loin du récif. Ainsi, vous pouvez parfaitement passer la nuit en plein coeur de la forêt tropicale – vous comprendrez aisément que ce que j’appelle « plein coeur » signifie seulement qu’on n’est pas très loin de la route (et heureusement) bien qu’on s’y sente totalement immergé – et allez faire une heure de snorkeling l’après-midi, tout cela sans effectuer plus de vingt minutes de route.

Nous sommes allés sur le récif via Ocean Safari, en speed boat. Je garde une impression partagée de ce moment car je déteste faire du speed boat qui, même si je ne souffre pas du mal de mer, représente pour moi tout le contraire de ce que j’aime sur l’eau. Mais passé ce moment désagréable (si vous avez le coeur sensible, oubliez), le récif est à couper le souffle. Je ne suis pas experte en la matière, mais ceux qui avaient davantage de bouteille en matière de plongée paraissaient au moins aussi enchantés que moi par le spectacle. Poissons de toutes les couleurs, bénitiers géants et tortues de mer, sans parler des coraux d’un mauve phosphorescent, ni des étoiles de mer indigo. Un vrai feu d’artifice.

Daintree-Reef-001

 

Daintree-Reef-002d
Daintree-Reef-002g

+ Un feu de camp sur la plage
Nous voici arrivés là où j’ai préféré séjourner durant cette escapade dans la jungle : Cape Tribulation Beach House. Si je devais vous recommander un seul endroit, ce serait celui-ci, sans hésiter. Du moins si, comme moi, vous vous sentez à l’aise quand vous avez le droit d’aller dîner en tongs, que vous aimez papoter avec des inconnus et que la perspective d’un feu de bois sur la plage en compagnie de parfaits étrangers vous enchante. Cape Tribulation, c’est la bohème. Les bungalows y sont rudimentaires et ne vous étonnez pas si l’on vous explique la marche à suivre en cas de serpent dans les toilettes. Mais on s’endort avec le bruit des vagues et les sons inconnus – gentiment terrifiants aussi – de la forêt. J’espère vraiment que j’aurai l’occasion d’y revenir un jour et que ces images vous donneront un petit aperçu de ce lieu hors du temps.

cape-tribulation-001

 

cape-tribulation-002g

cape-tribulation-003g

cape-tribulation-002d

cape-tribulation-003d

cape-tribulation-004

cape-tribulation-005g

cape-tribulation-006g

cape-tribulation-005d

cape-tribulation-006d

cape-tribulation-008

cape-tribulation-ocean-001

 

cape-tribulation-ocean-002g

cape-tribulation-ocean-003g

cape-tribulation-ocean-002d

cape-tribulation-ocean-003d

+ La route le long de l’océan
Lorsque vous revenez de Daintree pour rejoindre Cairns, vous pouvez emprunter cette route incroyable qui longe l’océan, sur des kilomètres. Avez un peu (beaucoup) de chance, vous pourrez peut-être apercevoir de loin un kazoar. Mais surtout, vous pourrez profiter de la beauté totalement sauvage de la côte, entre infiniment vert et infiniment bleu… Par contre, ne comptez pas trop sur le plaisir de vous arrêter casser une graine ou vous baigner en chamin : on croise des panneaux « attention aux crocodiles » absolument partout sur cette route, ce qui ne manque pas de charme : on a vraiment l’impression d’être d’aventureux explorateurs (à la petite semaine).

Et voilà, c’est sur ces images de Cape Tribulation que s’achève ce périple australien. Nous avons terminé notre séjour à Port Douglas, que je n’ai eu que le temps d’entrevoir mais qui fait partie de la liste « il faut absolument y retourner » de mon prochain séjour… qui est déjà plus ou moins programmé, en vrai, puisque c’est notre prochain projet de voyage en amoureux et qu’il ne nous reste qu’à décider de la date :)

Je remercie très fort l’office de tourisme du Queensland pour ces quelques jours incroyables, en particulier Annette et Tracy les deux guides les plus charmantes que vous puissiez imaginer. Et bien entendu merci à mes compagnons de route, avec lesquels c’était un plaisir de voyager et partager tous ces moments un peu fous : Emilie, Corinna, Florence, Jan, Franziska, Sylvia, Cecilia et Marleen. Huge thank you to Queensland, and some special thanks to Annette and Tracy-Mother-Hun, loveliest guides you could ever have, really. Many hugs to Emilie, Corinna, Florence, Jan, Franziska, Cecilia and Marleen, fantastic team to travel with.

byebye-Australia

13 réflexions sur “Bribes d’Australie – La forêt tropicale”

  1. Je suis tombée sur ton blog vie Hellocoton et j’ai beaucoup aimé le récit de ton voyage en Australie ! Surtout que je vis depuis presque 2 ans à 15min de Noosa et que j’ai passé mes vacances aux WhitSundays l’an dernier et du côté de Cairns il y a 2 semaines donc tout cela m’est très familier ! J’ai pu passé une journée à Port Douglas et en effet c’est super mignon, tout petit mais magnifique ! Si tu envisages de revenir du côté de notre belle Sunshine Coast et que tu veux des conseils, n’hésite pas :)

  2. 3 posts, 3 ambiances, 3 coups de coeur! Pas étonnant de programmer des retrouvailles au plus vite ;-)
    La forêt tropicale est impressionnante, avec une touche « aventurier, attention danger », oui, c’est ça. Le double effet « fascination – chocottes » (j’adore la nature, je fonds en voyant le wallaby mais suis terrifiée par les serpents…c’est très cliché mais c’est comme ça) ^-^ Encore bravo pour tes photos, elles sont magnifiques :-)

  3. Ces 3 posts m’ont fait complètement voyager ! C’est une toute autre image de l’Australie que j’ai découverte grâce à tes mots et tes magnifiques photos ! Merci !

  4. Ce pays me fascine depuis que je suis tout petit. J’ai toujours beaucoup de plaisir à lire des récits de voyage de ce pays-continent. Tes photos sont très belles se semblent bien rendre de la beauté des lieux, comme tu en parles. Cela fait vraiment rêver et donne terriblement envie. Merci pour cette belle découverte.

  5. Another fantastic piece Anne-Solange. Manifique! Les photos sont fantastiques. Wish we could do it all over again x

  6. quel fantastique voyage, tu nous fais rêver avec tes photos plus superbes les unes que les autres !
    la forêt tropicale : j’en ai eu un aperçu quand je suis allée au Macchu Picchu il y a trois ans, j’avais adoré tellement cet univers est ahurissant (oui ! cette végétation incroyable, oui ! ces sons d’animaux jamais entendus).
    grand merci Anne-Solange pour ces posts enchanteurs !

  7. Super article très intéressant avec de jolies photos. Ça me fait rêver pour mon départ en Australie dans moins d’un mois. J’espère avoir l’occasion de passer à certains de ces endroits.

  8. Ca faisait bien trop longtemps que je n’étais pas venue faire un tour par ici et je tombe sur la Daintree Forest, quelle coïncidence.

    Nous avons eu la chance d’aller dans le Queensland il y a quelques temps et cette forêt primaire reste un souvenir prégnant – oui, il vaut mieux rester sur des passages aménagés. Nous avions eu la chance de passer non loin d’un casoar en goguette et avons appliqué à la lettre toutes les consignes dont nous pouvions nous souvenir à ce moment là, je je veux même pas imaginer un casoar de 80kg énervé – on dit leurs griffes aussi puissantes qu’un poignard. A partir de ce moment-là, chaque bruit devint suspect.

    Nous avions adoré Port Douglas, son ambiance de bout du monde et je veux retourner faire du snorkeling sur la grande barrière de corail avant de quitter cette planète.

  9. Okay, je vois bien que tu fais tout pour que je n’oublie pas de mettre l’Australie en haut de la wishlist pour la prochaine fois où je partirai en vacances loin… Quelles jolies images, quels chouettes souvenirs. Ça donne bien envie ^^

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *