Un moment parfait

Ce week-end, nous avons profité de la grande marée pour faire une escapade dans la maison de mon enfance, David, mes amies Elo et Mathilde et moi. Ce qui me reste de ce week-end tient en peu de mots : c’était parfait.

Pourtant, nous n’avons pour ainsi dire rien fait : une petite heure de pêche aux coques, un très joli moment passé à contempler la mer à marée montante, quand elle envahit les prés salés et la route submersible… et c’est à peu près tout. Le reste du temps, nous l’avons passé à dormir, manger de bonnes choses du matin au soir (littéralement), papoter en attisant paresseusement le feu qui d’ailleurs ne cessait de s’éteindre, bouquiner ou pianoter distraitement.

Ce week-end, c’était comme un morceau de piano sans fausse note, joué au bon tempo et avec ces nuances qui font qu’une bête suite de notes se transforme en un moment suspendu dans lequel se dessine quelque chose de plus grand, qui nous échappe un peu.

Ces trois jours m’ont fait l’effet d’une longue semaine de vacances : comme si le temps s’y était arrêté un peu, lui aussi, pour souffler un peu.

En ce moment, j’y réfléchis beaucoup, au temps. Sans doute parce que ces derniers mois ont été particulièrement denses, je m’interroge énormément sur la manière dont je l’emploie. Chaque jour, j’accorde une place très importante au “faire” : j’ai des objectifs, un emploi du temps souvent très serré et des tonnes de rêves que je découpe en petits morceaux pour en faire des projets réalistes et concrets. Je passe mon temps à ajuster et rechercher l’équilibre idéal comme un petit cuisiner à la recherche de SA recette. Celle dans laquelle il se reconnaîtra totalement et avec laquelle il pourra faire partager ce qu’il a de meilleur. J’aime cette vie trépidante. Elle me convient totalement, même si j’ai conscience que je tire toujours un peu trop sur la corde et que sans doute, ce n’est pas toujours de cela dont j’aurai envie.

Pourtant, ce week-end, j’ai renoué contact avec quelque chose dont je m’étais un peu éloignée ces temps-ci : c’est bien, aussi, de mettre un peu de côté le “faire” pour se laisser de la place pour “être”.

Simplement être.

En l’écrivant, je peux sentir à quel point c’est exactement de cela dont parle Eckhart Tolle, dans son célébrissime “Pouvoir de l’instant présent” : ÊTRE. Et que oui, vivre pleinement le moment présent, c’est sans doute ça – simplement ça – qui définit finalement un moment parfait.

Je vous laisse avec quelques photos de la marée montante dans les Salines. Nous avons un peu traîné des pieds pour y aller et si ma tante ne nous avait pas un peu bousculées, nous serions sans doute passées à côté de ce moment dingue. J’ai vu ce spectacle des dizaines de fois, mais jamais dans ces conditions. C’était magnifique.

Et drôle, aussi : certains d’entre vous ont certainement vu cette photo d’Eleonore sur son compte Instagram, où on me voit les pieds dans l’eau en jupette, mes ballerines à la main. Je me souviens à un moment avoir pensé : « tu préfères sauver tes ballerines où finir de prendre tes photos? » Et… c’était déjà trop tard pour prendre une décision :) C’est bon parfois, d’être un peu ridicule : ça nous rappelle combien il est agréable de s’autoriser à prendre la vie avec légèreté.

grande-maree-002
grande-maree-003

grande-maree-004

19 réflexions sur “Un moment parfait”

  1. Au début je ne comprenais pas la signification de ici et maintenant. J’étais toujours dans le passé ou l’angoisse du présent. Je me suis forcée à prendre conscience de ce présent, tiens en ce moment je devrais déjeuner mais je préfère être sur mon ordi. Je me suis mise aussi à la méditation et c’est magique. L’autre jour j’ai lu quelque chose à la médiathèque de Lorient, un ouvrage sur l’origami parce que je cherchais des conseils, et le livre était de toi. Le monde est petit.

  2. Tu as tout dit ! Le moment présent vaut de l’or et surtout c’est tellement régénérant de réellement rien faire et comme tu dis, simplement être. Bises

  3. Attention, je cite la tortue sage de King Fu Panda : « Hier est derrière. Demain est un mystère. Aujourd’hui est un cadeau. C’est pour cela qu’on l’appelle le présent. »

  4. Magnifique texte !
    Ça m’a fait réaliser que moi aussi je devrais plus vivre le moment « être » que le moment « faire ». Je dois penser plus au moment présent et me réjouir des petits bonheurs du quotidien !
    Puis tes photos sont superbes. J’adore !

  5. Tu as bien raison, très belle description du « être ». Il faut savoir lâcher prise et vivre le moment sans forcément faire beaucoup de choses. Juste être là. Présente.

  6. Tout comme toi, je cherche l’équilibre entre le faire et le être. Cette recherche me contraint parfois à l’immobilisme, la peur de faire sous peine de ne pas arriver à être. C’est agaçant mais le chemin est entamé, je suis sur la bonne voie.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *