fbpx
Vous consultez actuellement la rubrique

la double vie de Pénélope B.

Le parfum des épines

Dehors, une pluie furibonde tambourine aux carreaux, peut-être pour supplier qu’on la laisse entrer, peut-être parce qu’elle est en colère ou bien seulement parce qu’elle est la pluie et que de s’abattre comme ça aux fenêtres des gens n’est rien de plus qu’un divertissement de pluie. Il ne sait pas. Le salon est jonché de

Lire la suite

Le délicieux fil des pages

Chose promise, chose due. Aujourd’hui, voilà une petite liste des livres que j’ai aimé dernièrement. Je commence d’ailleurs à être un peu à sec et je dois dire que le cycle « livres jeunesse » que je viens d’entamer est, pour le moment, aussi riche de belles surprises que de grosses déceptions (d’ailleurs, si vous avez des

Lire la suite

Quelques heures à Beyrouth

Les pintades, vous les connaissez forcément. J’avais déjà lu avec gourmandise les pintades à New York et à Londres, chaque fois pour préparer mes voyages, avec l’objectif, avant toute autre chose d’y trouver des adresses alléchantes et construire mon itinéraire. Dans cette perspective, inutile de vous dire que je n’ai pas songé une seconde à

Lire la suite

Naufrage, dans les jardins du Palais Royal

Il est trois heures de l’après-midi à sa montre. Le ciel, pourtant, est bas comme si la nuit s’apprêtait à surgir de nulle part. Impossible de savoir d’où elle peut venir, peut-être même qu’elle pourrait sortir de la terre aujourd’hui. Le soleil qui filtre à peine à travers les nuages ressemble à un vieux souffreteux

Lire la suite

Il reste d’elle

Il reste d’elle sa voix dans ma tête, chaque fois que je me surprend à lui demander un avis que je connais déjà et que bien sûr, celui-ci ne va pas dans le sens qu’il me plairait d’entendre. Les intonations cassées de cette voix toujours un peu enrouée comme si, quelle que soit l’heure du

Lire la suite

Dix heures douze sur le quai de la gare

Il est dix heures douze à l’horloge lumineuse. L’heure de pointe a passé sur les quais du métro comme une tornade d’ennui pressée, abandonnant sur les sièges en plastique colorés des dizaines de journaux gratuits et quelques papiers gras et froissés, imprimés à l’enseigne des boulangeries bon marché postées à l’entrée des stations et qui

Lire la suite
Retour haut de page