Le livre de poésie

love-poems-1

Chaque fois que je m’arrête devant le rayon littérature « en anglais » d’une librairie, je me fais la même réflexion. Mais pourquoi les éditeurs français ne s’inspirent-ils pas de leurs homologues anglo-saxons? J’aime tellement leur façon de faire de chaque livre une petite aventure visuelle.

Hier soir, c’est ce livre qui a atterri dans mon sac, un recueil de poèmes d’amour, que je ne lirai probablement jamais. Peu importe : tous les livres ne sont pas faits pour être lus, certains sont de puissants symboles qu’il suffit de garder près de soi pour en être nourris.

En le feuilletant ce matin, au petit déjeuner, je réalise qu’il est arrivé chez moi un jour de Saint Valentin. Et à la réflexion, je crois que c’est le seul cadeau qui aurait pu me faire plaisir.

On a perdu l’habitude de la poésie (vous en croisez souvent, vous, des gens qui lisent de la poésie? À part des étudiants de la Sorbonne qu’on reconnaît dans le métro au premier coup d’œil et qui ne comptent pas : ils font seulement leur devoirs de classe). Pourtant, c’est là, dans les recueils de poésie, que sont consignées toutes les vérités sur l’amour. Les vérités les plus douces et les plus cruelles. Toutes ses étapes et toutes ses facettes. Il existe toujours un poème d’amour pour retranscrire dans ses plus infimes subtilités l’humeur sentimentale dans laquelle vous vous trouvez.

Les recueils de poésie amoureuse montrent à quel point c’est là, dans l’amour, que se joue l’expérience humaine la plus exaltante et la plus difficile qui soit. Une aventure qui vaut toutes les concessions, toutes les blessures et les efforts que l’on est prêts à consentir en son nom. Et qui font de l’amour la seule expérience, à mes yeux, qui mérite d’être vécue absolument.

Ce recueil de poésie, d’une certaine façon, est l’exact contraire du bonheur à deux sous que tente de promouvoir la Saint Valentin et je suis heureuse que ce livre ait choisi un 14 février pour entrer dans ma vie.

love-poems-2

24 réflexions sur “Le livre de poésie”

  1. Je me fais souvent la même réflexion à propos des livres anglo-saxons, ils sont tellement plus beaux que nos livres à nous !
    Et il m’arrive moi aussi assez souvent d’en acheter juste pour le plaisir des yeux alors que je sais pertinemment que je ne les lirai jamais..
    Joli texte en tout cas !

  2. Qu’il est joli ce livre !
    Je suis d’accord avec toi, nos éditeurs français devraient en prendre de la graine, je suis sure que pour des classiques ou de la poésie, cela donnerait envie de les lire.

  3. My god, ce livre est magnifique, j’adore cette couverture et là je suis totalement d’accord avec toi, mais pourquoi ne faisons nous des livres aussi beaux, et aussi inspirants ?
    Et puis c’est effet un joli pied de nez au « Valentine Day », y’a a marre de toutes ces fêtes et de cet espèce de diktat qu’on nous pose: « allez y fêter votre amour, et consommez surtout ! »
    (Et aujourd’hui c’est la fête des grands-mères :) moi j’adore ma grand-mère, et je n’ai pas besoin de fête pour lui dire !
    L’amour est bien au delà de toute cette foire, merci de nous le rappeler si joliment.
    Bises

  4. Pour ceux qui ne connaissent pas :
    allez voir des livres des éditeurs comme Harpo &, Les éditions du Chemin de fer, Fata Morgana, Memo… Des livres que l’on peut garder et transmettre, de vrais bijoux.

  5. Oh comme il est magnifique ce recueil ! Il donne envie de le feuilleter doucement et « en secret » comme on se délecte d’une gourmandise .. j’adore! Merci beaucoup pour cette charmante découverte sourit

  6. Mnêmosunê

    « tous les livres ne sont pas faits pour être lus, certains sont de puissants symboles qu’il suffit de garder près de soi pour en être nourris »
    Quelle belle phrase, tout à fait ce que je ressens !

  7. @Colombe, j’ai cette édition d’Anna Karenine et il s’agit d’une jolie boite en Liberty en carton qui contient le livre de poche classique. Il comprend aussi le marque page que l’on peut voir sur ton lien et c’est vraiment un ensemble adorable !

  8. A chaque fois que j’achète un livre en anglais, je me fais la même reflexion, leurs couvertures sont tellement plus jolies dans nos bibliothèques! Ce livre que tu nous présentes en est un parfait exemple. Joyeuse fête de l’amour!

  9. Il est vraiment très joli ce livre. Malheureusement, mon niveau d’anglais ne me permettrait pas d’en profiter…
    Je trouve que les éditeurs français ont fait des progrès depuis un an, dans les livres de poche. Certains coffrets sont très jolis et je convoitais le Jane Austen illustré par Christian Lacroix. Mais je ne l’ai jamais rencontré en librairie.

  10. Mon livre « Anglais » par excellence, de ceux que je ne cache pas derrière d’autres rangées serrées de livres dans la bibliothèque, est Pride & Prejudice de Jane Austen (pour les non anglophones : Orgueil et Préjugés). Je ne l’ai pas lu en entier en anglais, comme toi il était plus décoratif qu’autre chose(et sa version française beaucoup plus accessible), mais peu à peu, je me suis surprise à en corner certaines pages pour retrouver facilement mes passages préférés, à lire et à relire.

    Merci pour ce billet, loin d’être guimauve…

    Bises

  11. Pas d’accord avec toi, au sujet des lecteurs de poésie… (même si la formule a son charme, il faut parfois passer outre le charme facile !) D’ailleurs, tu le dis toi-même, la poésie aide à vivre – et n’en a-t-on pas particulièrement besoin dans le métro ?

  12. merci merci MERCI pour ton message. c’est bien vrai tout c’que tu dis. Rien de tel pourtant qu’un bouquin de poésie à trimballer partout ds son sac : ouvrir une page au hasard lire qques lignes et refermer le livre pour y revenir 3 jours plus tard. on ne parle pas assez de poésie!

  13. Je me faisais la réflexion que toutes les librairies de Dublin déclenchent chez moi de violentes pulsions de shopping… Je me demandais si c’était la disposition des livres, ou si j’avais juste plus envie d’acheter des livres qu’avant… Merci d’avoir éclairci ce mystere!

  14. Un jour en flânant dans une librairie, mon attention fut portée sur un livre de poche à la couverture fleurie…Comme cela était original, j’ai attendu de me poser confortablement chez moi pour ouvrir ce beau livre et je ne le reposais que très tard dans la nuit, une fois terminé, je venais de découvrir la littérature anglaise. Je n’avais jamais lu un livre aussi saisissant: Orgueil et Préjugés de Jane Austen.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *