fbpx

Les ailes


La première fois que j’ai vu cette lampe ailée dans une grande et belle maison cachée du quartier Saint Germain, je suis instantanément tombée en amour. Hier, je l’ai vue pour la deuxième fois et mon cœur a fait un bond lorsqu’elle s’est allumée. Pourtant, elle a quelque chose de terriblement triste avec son armature squelettique, son cœur trop lourd pour de si fragiles attaches. Ce dépouillement morbide, dérangeant presque ; et toute cette lumière en même temps qui lui donne tant de force, tant de puissance.

Plus je la contemple et plus je l’aime.Tant et si bien que je n’ai plus osé l’appeler « lampe », ni penser que ce n’était qu’une simple ampoule qui éclairait la pièce. À chaque nouveau regard que je porte sur elle, elle fait naître une impression nouvelle, une sensation inédite. Elle m’emporte dans une histoire que je réinvente à chaque seconde qui passe.

Elle est de ces objets dont on a instantanément honte d’avoir chercher à regarder « comment c’est fait », d’avoir tenté de discerner où se trouvaient les points de colle et s’il avait fallu souder pour faire tenir ici et là. Comme s’il ne s’agissait que de l’assemblage creux de quelques plumes et d’un morceau de ferraille.

Comme s’il y avait une méthode, une technique pour créer de la beauté.

Jusqu’à hier vers 16 heures trente, je n’avais jamais réellement souhaité faire entrer l’art dans mon appartement. De peur, sans doute que la pensée d’artistes forcément torturés vienne me tourmenter là où je n’aspire qu’au bien-être et la sérénité. Il a fallu trente ans, deux petites ailes et une ampoule pour que d’un coup, tout soit changé.

31 réflexions sur “Les ailes”

  1. Très jolie… et pourtant très étrange… elle me fait penser à Alice aux Pays des Merveilles… ou à Fantasia…
    Tu l’as achetée ?

    1. Non, je ne l’ai pas achetée : c’était chez une personne qui, pour la deuxième fois nous prêtait sa maison pour faire des photos :)

      Mais j’ai bien dit que si quelqu’un avait le nom de l’artiste, je voulais à tout prix le connaître.

  2. Bonjour Anne So’,
    Cette lampe s’appelle « Lucellino » et a été créée par Ingo Maurer.
    Ce designer est super connu pour ses lampes, toutes plus poétiques les unes que les autres, tu as peut être déjà vu aussi le lustre en bouteilles de Campari?
    http://www.ingo-maurer.com/splash.html
    si tu veux, le principe de cette lampe est aussi reproduit en suspension, sous le nom de « Birdie »
    En passant, excellent choix :)

  3. On dirait un ange qui est emprisonné… Moi tout de suite je lui peindrais les fils de la couleur du mur, histoire qu’elle ait l’air plus libre ^^
    L’art dans une maison, moi je trouve que ca apporte de la vie, c’est merveilleux!
    Bisousss!

  4. Oh mon dieu c’est une vrai merveille! Je ne suis pas fan de design, souvent trop éloigné de mes goûts ou alors je ne comprend pas vraiment la démarque. mais là il y a tellement de poésie et de délicatesse qui se dégagent de cette lampe, c’est superbe. Merci!

  5. Mouais… J’fais pas le poids avec mes ampoules Ikéa… Tu crois que ma lampe a p’tites pattes pourrait devenir pote avec elle ? Elles sont complémentaires après tout !

  6. D’une poésie rare !
    Le genre d’objet à vous donner des tas de sentiments, d’inspirations, d’idées… un décor comme ça pour faire des photos… vraiment classe !!

    J’aime l’art qui sait s’inscrire dans la vie, dans le quotidien…

  7. :neutre :rit
    Quel bel hommage,
    à mon ange de lumière et figure toi que je lui ai acheté de nouvelles ailes
    tu imagines, je suis rentrée dans une boutique en disant
    je voudrais vous commander des ailes …
    joli !
    merci

  8. Une invitation au Paradis … une étincelle de douceur qui fait virevolter des éclats d’amour tout autour d’elle !! C’est de la pure magie… Voilà ce qu’est cette lampe !

  9. Ca alors, c’est la lampe qui se trouve dans l’un des halls d’entrée de ma boîte (nommé AIR, c’est approprié).
    Comme toi j’ai flashé dessus la première fois que je l’ai vue et je ne m’en lasse pas…
    Merci pour ce joli moment poétique !

  10. Très originale, féérique … le seul inconvénient c’est d’avoir un intérieur qui puisse recevoir un tel objet !
    Le style chez moi ne conviendrait pas …

    J’avais aperçu cette lampe dans un magazine il y a quelques temps, et elle m’avait interpellée !

  11. Cette lampe recrée juste toute la fragilité et la grâce d’un petit moineau, d’une mésange ou d’un rouge gorge..d’un tout petit oiseau quoi.
    Ils ont l’air terriblement fragiles sur leurs toutes petites pattes, et en même temps ils ont la capacité magique de voler, et ils sont la grâce incarnés.

    Je comprends que tu aies craqué, elle mérite en effet quelques économies pour faire entrer cette poésie dans ton intérieur.

  12. Bonjour,
    J’avais entendu parler de ce blog et voilà que je tombe dessus par hazard ! c’est toujours marrant quand ça arrive ^__^

    En tout cas on a les mêmes goûts en matière de poésie lumineuse…j’ai aussi eu le coup au coeur face à cette merveille !

    C’est ce que j’appelle de l’inspiration au quotidien ou du réconfort(espoir ?) à porter de main…il me suffirait à l’allumer pour que mes yeux brillent…

    Mais voilà, j’imagine qu’elle est pas donné…
    dommage, je me console en l’admirant de loin comme une soupirante ;)

  13. Je suis tombée sur ce site en cherchant des informations sur cette lampe (j’ai aussi eu un coup d’coeur, c’est pourquoi je l’ai choisie pour l’étudier en cours).
    Effectivement cette lampe a été faite par Ingo Maurer et le plus impressionnant (je trouve) c’est qu’il l’a faite en 1992.
    Genre y’a 17 ans (ça parle plus en années ^^).

    Pour le Touch tronic, je crois que ça marche comme ça :
    http://www.youtube.com/watch?v=4jHBYsUjURQ

    Fascinant, non?

    Bonne continuation,
    je repasserai sans doute !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour haut de page