fbpx

Coffee and Cigarettes

coffee-and-cigarettes-1

La conversation entre deux personnes dans un lieu qui n’est pas celui de l’intimité, un café, une tasse, les cigarettes. Tout ce qui se joue à ce moment-là autour de la table. Voilà le sujet de Coffee & Cigarettes, une dizaine de courts métrages en noir et blanc que je voulais voir depuis un bon moment, mais qui fait partie de ces choses qu’on garde dans un coin de la tête et qu’on ne prend finalement jamais le temps de regarder. À tort.

C’est chose faite depuis hier soir et il faut absolument que je trouve les deux trois mots justes qui vous donneront envie de le voir, si ce n’est pas déjà fait – car après tout, tout le monde n’est pas, comme moi, nécessairement en retard de dix ans sur tout ce qui se passe d’intéressant.

En dessin, il y a ce qu’on appelle, si mes souvenirs sont bons, l’espace négatif. C’est à dire l’espace vide autour du sujet. Ainsi, on doit apprendre à dessiner l’objet lui-même, mais aussi le vide dans lequel il s’inscrit. Les contours du vide, en quelque sorte.

Coffee and Cigarettes, c’est un peu ça : la mise en images des contours de la conversation. Tout ce qui n’est pas dans les mots. Ce qu’on ne dit pas, ce qu’on souhaite faire comprendre, ce qu’on ne peut pas dire, ce qu’on voudrait garder pour soi et que d’une certaine façon on communique quand même. Tout ce qu’on exprime à son corps défendant. Les personnages parlent, conversent, échangent. Pourtant, grâce à une mise en scène rigoureusement dépouillée (trois valeurs de champs pour chaque histoire) c’est l’espace apparemment vide entre les mots qui captive : les rapports de force, la tentation d’être parfaitement honnête ou celle de ne l’être pas du tout, les ego, l’image qu’on tente de donner de soi, le jeu social qui nous maintient toujours à bonne distance les uns des autres, y compris dans un moment où justement, les barrières pourraient – devraient? – tomber.

Onze courts-métrages qui sont, chacun à leur façon, une illustration de ce décalage qui existe toujours un peu entre deux êtres qui tentent de communiquer. Jim Jarmusch ne cherche jamais à montrer si c’est une bonne chose ou non, si c’est amusant ou surtout un peu triste. Il montre que c’est simplement comme ça, une conversation, souvent : deux ego qui tentent de communiquer sans jamais y parvenir vraiment. L’immense frustration qu’il y a dans tout ça. C’est admirablement filmé. Avec une fascinante légèreté et paradoxalement, une vraie intimité entre le spectateur et le sujet.

Voilà un film que j’aurais aimé voir en compagnie d’un cinéphile qui puisse décrypter pour moi les milles petites choses que, forcément, je n’ai pas su voir (Jean-René, si tu es dans la salle, tu es cordialement invité à re-visionner ce film autour d’une bonne bouteille de vin). Mais même sans cela, je vous recommande plus que chaudement de vous offrir ce petit voyage en noir et blanc.

Billets sur le même thème

23 réflexions sur “Coffee and Cigarettes”

  1. sur youtube on peut visionner certains des courts métrages… je suis tombée sur l’un d’eux par hasard il y a peu… il me tarde de les voir tous!

  2. Ce post tombe à pic car il m’a permis de me rappeler que le DVD de Coffee & Cigarettes dort depuis au moins 6 mois sur une étagère…J’avais déjà lu d’excellentes critiques, tu ne fais que confirmer mon envie de regarder ce film!

  3. N’oublies pas de préciser les acteurs tels que TOm Waits, R. Bengni, Cate Blanckett..et j’en passe Iggy Pop je crois aussi

    certes des courts métrages, mais un sentiment d’unité..

    merci de nous rapeller ce super Film de Jarmusch

  4. Film mythique de Jarmusch! à toi de savourer le n°2 avec Steve Buscemi, et le n°3 palme d’or des courts métrages maintenant !

  5. Bonjour !
    As-tu lu « Les Autres » d’Alice Ferney ? (chez Actes Sud).
    Un petit groupe de personnes proches se réunit pour un anniversaire (mère, grand mère, amie d’enfance, frère, nouvelle copine du frère…) et l’un des cadeaux est un jeu de société avec des questions, espèce d’action ou verité, bref. Et le roman est divisé en trois parties : ce que les personnes pensent, ce qu’elles disent et comment ç’a été entendu/compris. Une lecture intéressante, au moins pour sa forme.

  6. Pour la ciné-handicapée que je suis, c’est grâce à un ami cinéphile que j’ai connu ce film de Jarmush :) Et je confirme, lorsqu’on a le connaisseur fin qui décrypte les détails et les fait briller à nos yeux ignorants, le film en est encore plus agréable ! :)
    Du même réalisateur, j’ai aussi beaucoup apprécié ‘Night on Earth’ ;)

  7. Je me décide enfin a t’écrire un commentaire ! Je visite ton blog chaque jour ( sans blagues) c’est de loin le plus beau, le plus sympa et le plus interessant de tous.
    Il me correspond PARFAITEMENT !

    Grâce à tes petites nouvelles, je me suis remise à l’écriture et je suis chaque jour en quête de petits faits sympas pour en faire part sur mon cahier moleskine.
    Merci, vraiment merci pour tout se que tu m’apporte !!

    Ps : Grande addict de american vintage, j’aime beaucoup la vidéo de leur blog ( surtout le réveil), le jeu de lumière est très beau : http://www.am-vintage.com/

  8. Bon dieu que tu décris parfaitement bien l’ambiance magnifique de ce film !
    Dans le même univers, je ne peux que te conseiller Smoke et Blue in the Face avec Harvey Keitel. Tout aussi magnifiques… Dans 10 ans peut-être ;-)

  9. Génial ce film. Je l’ai vu il y a longtemps, mais ça reste une de mes références en noir et blanc, à carreaux, dans une ambiance tabagique avec la voix cassée

  10. Merci de me faire découvrir ce film !!!! J’adore la filmographie de Jarmush… et pourtant, je ne connaissais pas celui là. A mettre de suite dans ma liste des films à voir !

  11. Une vraie petite perle ce film ! A regarder un dimanche après midi entre copines, avec une tablette de chocolat et un paquet de cigarettes (difficile de résister quand les acteurs s’en grillent une!). je me souviens avoir adoré la scène avec Cate Blanchett…

  12. Coffee & Cigarettes : Un film sympathique et surtout sans prétention, malgré la belle brochette d’acteurs qui y figure. J’ai pris beaucoup de plaisir à regarder ce petit bijou de Jim Jarmush. Un peu trop méconnu à mon goût. Pourtant, on devrait tous prendre conscience un jour que nos conversations sont toujours très futiles, limite inutiles.
    J’ai envie de le revoir.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour haut de page