7 pistes pour faire de son compte Instagram un endroit où il fait bon vivre

Vous vous souvenez ? Juste avant les vacances, je vous expliquais pourquoi j’ai décidé de faire de Cachemire & Soie un endroit dédié au bonheur et à la créativité. Si je vous parle en particulier d’Internet, des réseaux sociaux depuis quelques semaines, c’est tout simplement parce qu’il s’agit d’une terre encore en friche où tant de choses sont à imaginer. Internet a besoin de vous parce vous êtes de belles personnes et que si vous ne proposez pas ce que vous avez de meilleur… alors qui le fera? Et rappelez-vous que vous n’avez pas besoin d’avoir du talent. Vous n’avez besoin que d’être vous, avec tous les trésors que vous portez : votre regard unique sur le monde, vos valeurs, ce qui vous touche et vous émeut. C’est aussi simple que ça :)

Aujourd’hui, comme promis, j’ai répertorié les idées qui me semblent les plus importantes pour faire de sa présence en ligne une expérience positive, aussi bien pour vous que pour ceux qui vous suivent. Comme vous le savez, je vais bientôt vous proposer un accompagnement sur ce sujet : comment partager votre regard sur le monde à travers des photos qui vous ressemblent, à l’aide de votre smartphone… puisque c’est lui que vous avez toujours dans la poche.

Vous êtes nombreuses, à avoir répondu aux questions que je vous ai posées, afin de m’aider à le préparer et je vous remercie très très fort. C’est pour répondre aux principales interrogations qui m’ont été exposées que j’ai eu envie de lister ces six points qui soulèvent chacun un des “freins” principaux qui ont été soulevés.

Alors allez vite vous faire chauffer un petit thé : il y a de la lecture, aujourd’hui, les amis !

– 1 –

Si vous avez peur que votre vie en ligne
ne vous fasse courir le risque – comme – Narcisse, de vous noyer
dans votre reflet
LE POUVOIR DE L’INTENTION

A priori, cela n’a pas grand chose à voir avec la photo. Pourtant, c’est par ce point précis que je commence car pour moi, presque toutes les expériences négatives en ligne – dont on ne cesse de nous rebattre les oreilles – viennent de là. De cette notion d’intention. On pourrait écrire des livres entiers sur le pouvoir de l’intention, dans nos vies. Qu’est-ce que cela signifie ? Qu’une même action peut-être guidée par une multitude de motivations différentes et que l’intention, finalement, a beaucoup plus d’importance que l’action en elle-même.

Ainsi, avant de publier quoi que ce soit, posez-vous toujours cette question : pourquoi je le fais ?

Si la réponse est : parce que j’ai envie qu’on me dise que ma vie est intéressante/que je suis jolie/bourrée de talent/géniale… sincèrement, abstenez-vous (non pas parce que c’est mal, mais parce que ça vous fait du mal). Si cela ne fait pas forcément une grande différence pour vos lecteurs, l’expérience m’a montré que cela en fait une – et de taille – pour vous. C’est se mettre dans une situation d’extrême fragilité que de publier une photo dans le but d’obtenir de la reconnaissance.

Mais alors pourquoi je la poste, ma photo, si ce n’est pas pour me mettre en valeur?

Vous pouvez être guidée par une multitude d’intentions : vous faire connaître pour promouvoir votre activité, rencontrer de nouvelles personnes, échanger sur un sujet qui vous passionne ou tout simplement : partager, communiquer avec des personnes avec lesquelles vous vous sentez des affinités, déclencher une émotion positive, faire naître un sourire… Toutes ces intentions-là ont un point commun : elles sont un pas vers l’autre. Et dès que vous vous placez dans cette perspective, tout change.

Dans ce cas, le pire qui puisse vous arriver est de manquer votre cible… ce qui est bien moins grave que de vous mettre à croire que nous ne valez rien parce que votre jolie frimousse, ou votre photo des Seychelles n’a pas remporté le nombre de “like” escompté :)

Pour moi, c’est cette notion toute simple d’intention qui transforme absolument tout et vous met à l’abri, une bonne fois pour toutes, du miroir aux alouettes que représente un compteur d’abonnés bien gonflé.

– 2 –

Si vous avez peur de l’aspect technique de la photographie,
que vous croyez que c’est : trop difficile, trop long à apprendre, pas fait pour vous…
LE SYNDROME DE LA PHOTO “QUI NE REND RIEN”

Vous faites peut-être partie de celles qui se désolent, estimant que leurs photos “ne rendent rien”. C’est sans doute parce que vous pensez que votre appareil photo est capable de retranscrire à l’identique ce que vous voyez, voire : qu’il est assez performant pour communiquer ce que vous ressentez au moment où vous prenez la photo.

Je me dois de vous détromper sur cette question : si sophistiqué soit-il, un appareil photo reste une machine, bien plus limitée que votre oeil humain. Ce qui signifie que la plupart du temps, il est moins bon que vous.

Voici un exemple. Vous vous trouvez face à un coucher de soleil magnifique et, naturellement, vous dégainez votre appareil pour l’immortaliser et le partager. Hélas, ce que vous obtenez n’a rien à voir avec le spectacle sublime qui s’étend sous vos yeux. Les couleurs sont saturées, l’image sombre (ou au contraire beaucoup trop claire), le rose s’est mué en rouge moche, l’azur en bleu marine… Bref, vous venez d’atteindre le point “ça ne rend rien”.

Or, il aurait sans doute seulement fallu que vous utilisiez la molette de contrôle de l’exposition pour obtenir une image beaucoup plus proche de ce que vous voyez. Une simple petite manip que l’on peut apprendre en quelques minutes et qui change absolument tout.

Vous voulez essayer ?
Voici comment procéder, sur un Iphone : commencez par faire le point (choisir la zone de netteté) en déplaçant le viseur sur votre écran. Une fois que c’est fait, appuyez quelques secondes sur le viseur, jusqu’à voir apparaître l’indication “verrouillage AE/AF” et un petit soleil sur le côté droit de votre viseur. C’est ce petit soleil qui vous permet de régler l’exposition. Dit en langage courant : de contrôler la luminosité de votre image. Amusez-vous à le déplacer pour comprendre comment ça fonctionne. Sinon, vous pouvez utiliser par exemple “ProCaméra” (j’utilise cette application depuis des années, elle coûte autour de 6 euros, mais en vaut largement la peine) qui propose automatiquement deux curseurs : le focus et l’exposition.

Et voilà : en quelques secondes, vous avez pris en main un aspect technique super important !

Vous avez vu comme c’était facile, finalement? Et comme ça peut tout changer? Et en plus, cela vous a permis de gagner un temps fou, puisque vous ne passez pas des heures à retoucher votre photo, ou à chercher le filtre qui pourrait l’améliorer. Les bases de la photo ne sont pas très compliquées et en connaître les cinq-six points clef vous fera gagner à la fois beaucoup de temps et de satisfaction.

– 3 –

Si vous croyez que les gens que vous suivez sur Instagram
ne retouchent jamais leurs photos :
RETOUCHER C’EST PAS TRICHER

On a tendance à croire qu’une photo “juste”, “vraie”, “authentique” est une photo non retouchée. Rien n’est plus faux. Je vous assure que presque toutes les photos que vous voyez passer sur Instagram sont passées par la case “retouche”. Les miennes le sont à 98%. Les 2% restant étant le fruit de moments de grâce où on se trouve au moment précis où la lumière est parfaite, où on a le temps de soigner son cadre et qu’on attrape le bon mouvement au bon moment. Si je devais attendre ça à chaque fois, laissez-moi vous dire que j’attendrais longtemps.

Donc oui : la plupart des photos sont retouchées. Et ceci pour deux raisons.

Restituer la réalité
Eh oui ! La première fonction de la retouche est de corriger l’appareil photo, qui ne sait pas toujours comment traiter telle ou telle information. Ou bien tout simplement de corriger vos approximations à vous. Dans tous les cas, il s’agit de mieux rendre compte de la réalité. D’ailleurs, on appelle plutôt ça « éditer » ou « corriger ».

Un petit exercice?
Si vous prenez une photo le soir à l’extérieur, la lumière sera probablement un peu bleutée. Comme votre oeil sait s’adapter, vous vous voyez bien du blanc, mais votre appareil photo, lui, ne sait pas faire ça et il interprète le blanc comme du bleu (sauf si vous savez utiliser la balance des blancs, mais c’est une autre histoire). Ainsi, si vous voulez retrouver les couleurs ou la lumière que vous voyez, vous n’avez souvent pas d’autre choix que d’en passer par un brin de retouche.

En l’occurrence pour corriger le problème que je viens de vous exposer : il vous suffit de pousser le bouton “température”de votre logiciel de retouche vers la droite (sur Vsco, par exemple) afin de lui ajouter du jaune, ce qui aura pour effet d’atténuer – voire de faire complètement disparaître – l’aspect bleuté de votre image.

Dans l’exemple ci-dessous, j’ai aussi augmenté la luminosité de l’image. Vous remarquez que la théière est totalement bleue à gauche, presque blanche à droite.

Photo-bleutee


Ainsi, même si vous militez en faveur des photos authentiques et réalistes (ce qui est votre droit le plus absolu, loin de moi l’idée de vous convaincre que mon obsession pour les photos lumineuses et colorées est une règle à suivre), vous gagnerez forcément à vous intéresser un peu aux aspects principaux de la retouche photo, qui vous permettront de gagner en réalisme, justement et en authenticité.

Restituer des émotions
Mais la retouche photo, c’est aussi un terrain de jeu génial pour vous aider à raconter vos émotions, mettre l’accent sur ce que vous voulez partager ou transmettre. Retoucher vos images, apprendre à vous éloigner de la réalité, peut contribuer énormément à les rendre plus expressive et plus lisibles.

Si je prends en photo un coucher de soleil uniquement pour moi, je n’ai aucune raison de me fatiguer : j’étais présente au moment où j’ai pris la photo et ce bel instant, je l’ai vécu. Il est, d’une certaine manière, gravé en moi. La photo que je prends n’est donc qu’un petit marqueur qui m’aidera à me souvenir de ce moment précis au cas où j’en aurais envie et si les couleurs sont moins belles sur la photo que dans la réalité, franchement, ce n’est pas un drame. Si je décide de la partager, en revanche, les choses sont très différentes : les personnes à qui je présenterai cette photo n’étaient pas présentes, il faut donc que je m’interroge sur la manière dont je pourrais restituer l’ambiance, afin de la leur faire ressentir, à eux aussi. Cela peut passer par un choix de cadrage et par des décisions spécifiques au moment de la prise de vue… mais aussi, bien souvent, par un peu de retouche.

Voici un exemple

Photo-retouche

J’ai pris cette image un matin, alors que j’étais en voiture. C’était vraiment joli, cette fumée rose, comme de la barbe à papa, d’autant plus joli à mes yeux que cela se passait sur le périph à une heure de pointe un lundi matin très tôt et que j’allais chez le médecin. Ce petit rayon de soleil qui émergeait de la grisaille, c’était exactement ce dont j’avais besoin. Mais je n’avais que quelques secondes pour faire la photo (puisque nous étions en voiture), aucune possibilité de travailler mon cadrage (pour la même raison) et le paysage alentour – le périph, donc – était franchement vilain. Retoucher la photo était donc ma meilleure option.

Voici les retouches apportées à l’image :

– Un recadrage, pour éliminer la mocheté du cadre tout en gardant quelques indices sur le lieu où je me trouvais (les réverbères) afin de rester dans le contexte.

– Un travail pour améliorer la luminosité : les nuages étant très clairs, l’appareil photo a naturellement assombri l’image et le pare-brise légèrement teint n’aidait pas. Il m’a donc fallu l’éclaircir pour la ramener au plus près de la réalité.

– Ensuite, ça a été une question d’interprétation : j’ai ajouté un petit travail sur les teintes, pour rendre l’image plus rosée. Eclaircir l’image a naturellement “lavé” les couleurs et mes nuages roses sont devenus tout pâlichons, il me fallait donc trouver une solution pour leur rendre leur éclat. Et j’aimais bien cette petite pointe de rose, aussi, dans le bleu du ciel. Plus un ou deux points de saturation. Parce que. Mais j’aurais pu faire une infinité de choix différents, pour obtenir un rendu différent.

C’est là qu’intervient le regard de chacun. Pour certains, le résultat sera beaucoup trop saturé et donc “faux”, pour d’autres ce sera “juste”. Et en fait peu importe : ce qui compte à ce point du travail, c’est que cela vous parle à vous, que cela vous semble fidèle à ce que vous avez envie de faire passer ou à ce que vous voulez partager. De toute façon, vous ne pourrez jamais plaire à tout le monde, alors autant prendre le parti de vos préférences, quoi qu’il arrive, non?

Enfin, n’oubliez pas qu’il n’est écrit nulle part que les photos doivent à tout prix rendre compte de la réalité ! Ce n’est qu’un choix esthétique parmi d’autres :)

– 4 –

Si vous avez peur d’attirer sur votre compte des personnes malintentionnées
ou tout simplement avec lesquelles vous n’avez pas envie d’échanger.
CHOISISSEZ VOS LECTEURS

Vous pensez peut-être que vous ne pouvez pas choisir les personnes qui vous suivent. Mais ce n’est pas tout à fait vrai : en réalité, vous pouvez très bien choisir à qui vous vous adressez… au moins en pensée.

Rien ne vous empêche d’imaginer “un lecteur idéal”, le type de personne à laquelle vous avez envie de parler, avec laquelle vous éprouvez des affinités et l’envie d’échanger. C’est de cette manière que vous vous donnerez le plus de chances de créer une communauté avec laquelle vous vous sentirez parfaitement en accord et que vous attirerez à vous effectivement le type de personne avec lesquelles vous avez des affinités. Et puis c’est également un excellent guide pour déterminer la nature de vos publications : si votre lecteur idéal est un rat de bibliothèque et que vous avez envie d’échanger sur de la littérature, vous ne vous adresserez pas à lui de la même manière que si votre lecteur idéal est un voyageur passionné avec lequel vous avez envie de parler du bout du monde.

Vous voulez savoir qui est mon lecteur idéal? Ma meilleure amie. Quand je publie quelque chose ici, ou sur mon compte Instagram, je m’adresse toujours à une sorte de “meilleure amie imaginaire”, un condensé de tous les gens que j’aime et dont l’opinion est importante à mes yeux. Une personne que j’aime infiniment et qui m’entoure de toute sa bienveillance. C’est ce qui m’aide à toujours essayer de faire de mon mieux. Chaque fois que je me dis que ce n’est pas assez bien pour ma meilleure amie, c’est que ce n’est pas encore assez abouti pour être publié et je me remets au travail.

Est-ce que cela immunise totalement contre les casse-pieds, les pénibles et les trolls? Je préfère être honnête : pas tout à fait. Mais lorsqu’ils se manifestent, ce n’est pas très difficile alors de les percevoir comme ce qu’ils sont : des voyageurs égarés, arrivés chez vous par erreur. Dans ce cas, il vous suffit simplement de les raccompagner gentiment à la porte ou de leur expliquer quelles sont les règles de votre espace, s’ils semblent décidés à revenir vous dire bonjour :)

– 5 –

Si vous avez peur que votre intimité ne vous échappe
et de partager trop de choses, avec trop de gens.
DEFINISSEZ VOTRE PROJET

L’un des aspects quelquefois effrayant d’internet est celui-ci : on a peur de dévoiler sa vie privée. D’ouvrir trop grand la porte. Si c’est votre cas voici votre mot clef : projet.

Un projet vous permet de définir un cadre, et donc des limites. Et celui-ci n’a pas besoin d’être ultra complexe : une photo par jour, une couleur par semaine, un cadrage toujours identique, un thème… En vérité, peu importe. L’objectif est seulement de créer un filtre entre vous et ce que vous choisissez de partager.

Un exemple : ce n’est pas la même chose, si vous partagez une photo de votre progéniture parce que vous trouvez que tout ce petit monde est merveilleux (il l’est!), ou si vous le faites pour illustrer un moment heureux de la vie de famille dans le cadre de votre projet “365 jours dans une maison de campagne”.

Dans le premier cas vous parlez de vous et exposez votre vie privée sans filtre. Dans l’autre, vous parlez de la vie de famille. Avec votre regard, votre sensibilité, certes, mais vous abordez-là un sujet universel dont vous n’êtes plus, tout à coup, qu’une illustration au service de votre propos.

Vous n’avez d’ailleurs pas besoin de l’exprimer, votre projet, il peut très bien rester “entre les lignes”. Mon projet à moi, est tout simple et il n’est écrit nulle part : partager ce pourquoi j’éprouve de la reconnaissance. Ce qui me réjouit et me rend heureuse. Mais depuis un moment, je sens que j’ai envie de partager aussi, autre chose : les gens que j’aime. Leur trouver une place, les mettre en avant. Alors je cherche une manière de le faire qui soit assez cadrée pour permettre de ne pas franchir la ligne de notre intimité… et parfois cela prend du temps alors je garde cette idée dans un coin de ma tête jusqu’à ce que je trouve enfin une manière de faire qui me convienne.

Enfin, n’oubliez pas que nulle règle ne précise qu’Instagram (votre blog, votre compte Facebook…) sont supposés rendre compte de votre vie. Vous êtes parfaitement libres de faire de votre espace ce qui vous fait plaisir. Rien ne vous force à publier vos images en temps réel, ni à rendre compte de tout ce qui se passe dans votre vie.

Alors racontez-moi : ce sera quoi votre projet à vous?

– 6 –

Si vous avez peur de ne pas être à la hauteur ou de ne rien apporter d’intéressant
NE VOUS SOUCIEZ PAS D’ÊTRE INSPIRANTE : VOUS L’ÊTES !

Ce sont LES mots qui reviennent sans cesse. Les gens “inspirants”, les magazines “inspirants”, les comptes instagram “inspirants”. Est-ce que pour autant, vous devez chercher à être inspirant (même si cela semble être le graal ultime)?

À mon avis, non. Parce qu’à partir du moment où vous partagez les moments qui vous sont précieux, vous l’êtes de toute façon. L’une des grandes phrases-guide de ma vie est celle-ci : “Soyez le changement que vous voulez voir dans le monde”. Elle nous vient de Gandhi. Je crois profondément que notre seul véritable travail, tout au long de notre existence, est de faire de notre mieux pour devenir la meilleure personne possible, chercher à être en accord avec les valeurs qui sont les nôtres, avec nos croyances, nos aspirations… Et que c’est la seule et unique manière de convaincre. Et « convaincre » n’est rien d’autre qu’une autre manière de dire « être inspirant ».

Ce que vous êtes transparaîtra toujours à travers ce que vous faites, souvent d’une façon dont vous n’avez même pas conscience. C’est cela, précisément, qui peut être une source d’inspiration pour ceux qui vous suivent. Mais je crois aussi que c’est quelque chose qui vous échappe forcément et qu’il est illusoire de chercher à maîtriser ça. C’est la raison pour laquelle je ne pense pas que ce soit une question à se poser, de savoir si l’on est inspirant ou pas.

Tous les comptes que je suis sont pour moi une source d’inspiration, à un titre ou un autre, mais je ne suis pas sûre que les personnes qui les tiennent seraient capables, si on leur posait la question, de dire pourquoi elles sont inspirantes… ni que toutes les personnes qui les suivent répondraient la même chose à cette question.

Sur ce point je n’ai donc qu’un conseil, mais il est important : soyez-vous même, c’est ça qui est véritablement inspirant.

– 7 –

Si vous avez peur de passer à côté d’un bon moment,
trop occupée que vous êtes à le photographier
VIVRE LES CHOSES, AUTREMENT

J’entends souvent cette remarque : « mais ils en oublient de savourer l’instant, tous ces gens, à force de prendre en photo tout et n’importe quoi ! » Et vous, qu’est ce que vous en pensez ? 

Pour moi, les choses sont plus nuancées. Evidemment, si portée par une communauté active, vous vous sentez l’obligation d’avoir des choses à montrer en permanence, il n’est pas impossible que la quête perpétuelle d’un sujet « instagrammable » (mot horrible) devienne vite très pesante. Mais là encore, je vous ramène à la notion d’intention, qui devrait vous aider à faire le tri entre ce qui est bon pour vous et ce qui l’est moins.

Pour moi, prendre une photo, c’est surtout une manière d’arrêter le temps et contempler tranquillement, pleinement ce qui fait l’objet de mon intérêt. Que ce soit une belle lumière, l’imprimé ravissant d’un coussin, mon chat qui dort ou une pâtisserie appétissante… je m’accorde alors le temps d’être totalement avec mon sujet. Je le scrute, je suis attentive aux détails et alors, une multitude de choses s’ouvrent à moi, que je n’aurais jamais pu observer sans ce temps dont je me fais cadeau pour immortaliser l’instant. Je vais même vous dire : souvent, ça ne donne aucune photo intéressante. À ce moment-là, c’est moins le résultat qui compte que l’instant, justement.

Prendre une photo, ce peut être aussi le meilleur moyen d’être totalement connectée à ce que vous vivez. Etre parfaitement dans l’instant présent. Parfaitement au contact du bien-être que vous procure ce moment. Il y a aussi quelque chose de très méditatif, dans le fait de prendre une photo.

 

– Et maintenant? –

Bon. On ne va pas s’arrêter en si bon chemin, n’est-ce pas? Je vous propose maintenant de vous montrer plus précisément comment vous pouvez commencer à mettre tout ça en place. Car pour faire de votre compte Instagram un fil de gratitude pour ces moments précieux du quotidien, ceux que vous remarquez, mais que vous avez parfois du mal à retranscrire en images… vous avez besoin de connaître deux trois petites choses un peu magiques, à propos de votre téléphone portable. 

C’est ce que vous allez pouvoir apprendre, dans ce guide : 5 étapes pour le transformer en véritable appareil photo. Vous me suivez? Il suffit de renseigner votre nom + votre adresse mail préférée, de cliquer sur « Je libère le génie » et allez hop, c’est parti ! :)

34 réflexions sur “7 pistes pour faire de son compte Instagram un endroit où il fait bon vivre”

  1. Vivement la semaine prochaine !! Ce que tu dis dans ton billet me parle tout à fait. Partager des choses qui me touchent, éditer mes photos pour qu’elles soient fidèles à ce que j’ai en tête, utiliser la version « pro » de mon smartphone (mon Android le propose)… Et pour moi le projet c’est aussi d’apporter un peu de positif et de « futil » dans le sens léger. En voyage, un lieu, un immeuble, un détail ou un plat que j’ai aimé, une jolie paire de chaussures, un ciel ou une belle fleur, une réalisation dont je suis satisfaite, une émotion…

  2. Merci pour tous ces bons conseils et je suis inscrite pour la suite. Je ne suis pas une experte avec mon smarphone et j’avoue qu’un petit coup de pouce dans les réglages me sera bien utile. A la semaine prochaine !

  3. Je pense que je vais relire cet article encore quelques fois parce qu’il y a tellement de choses intéressantes et inspirantes que je n’arrive pas à tout traiter en une seule fois !
    En tout cas, vivement la semaine prochaine, un peu de pratique photo me fera du bien !

  4. Encore un très bel article, j’aime beaucoup ta façon de voir sur l’édition de photo et je partage complètement ton point de vue. Hâte de découvrir l’article de la semaine prochaine!

  5. Je trouve fantastique de faire des photos pour les partager avec un(e) ou des ami(es). Et, savoir déjà en les photographiant, que je peux apporter à l’autre,… et aussi mettre toute mon énergie pour lui faire plaisir est aussi une source dynamisante. Je trouve ce projet super génial, car il apporte,(satisfaction de faire une photo), et à l’inverse envoie du bonheur à qui veut le recevoir simplement. Et, très vite même avec le virtuel nous voyons avec qui nous aimons partager , surement l’énergie que nous dégageons…allons savoir pourquoi, cela reste un domaine qui nous dépasse.

  6. Merci pour ces précieux conseils§ Je trouve difficile d’avoir un compte cohérent à son image : j’ai toujours l’impression d’être influencée par d’autres comptes et de ne pas arriver à révéler une personnalité. J’ai souvent l’impression de ne rien avoir à dire et en même temps j’aime l’espace de partage que procure instagram j’y ai découvert plein de choses ! Bises

  7. Oh que ça me parle!!!
    Je ne suis pas vraiment attachée au nombre de « like ». En revanche, qu’est ce que j’ai pu être déçue par mes 1eres photos publiées sur instagram! Elles paraissaient si éloignées des moments que je venais de vivre, si fades comparées à ce que je ressentais… Comme si elles trahissaient ma propre vie, mes émotions, mes enthousiasmes. Comme si mes élans n’étaient finalement pas justifiés.
    Heureusement petit à petit je m’améliore ;-) même si je suis encore loin du compte!

  8. bonjour, c’est un trés beau billet, traité avec profondeur. J’ai découvert ton blog il y a peu. J’apprécie vraiment ta plume.Article inspirant

  9. Merci pour ces précieux conseils, et pour le temps que tu as passé à les mettre en place.
    Ton article est très intéressant et j’y ai pioché un certains nombres de propos qui me seront utiles..
    A très bientôt !

  10. Sympa ce billet. Je suis totalement accro à mes photos. Je photographie tout, mes enfants, une fleur, une luminosité particulière, un moment de partage, une tranche d’intimité… Pour moi, la photo c’est la mémoire, les souvenirs, une ambiance spéciale à ce moment là etc. Je me sens un peu japonaise parfois à tout photographier. Mais si je ne capture pas la vie, les instants précieux, je sens qu’il me manque quelque chose !

  11. Ton article est pour le coup très inspirant pour moi! ;) Et il tombe à point nommé. Pile, quand je me sens un peu découragée de voir le nombre de mes lecteurs qui restent désespérément bas et que j’en viens à me dire que ce que j’écris est nul ou inintéressant. Et puis là je tombe sur ton article et même s’il parle d’instagram, je m’y retrouve quand même et ça me remonte le moral. Tu as raison, il faut rester concentrer sur un objectif de partage et non de reconnaissance. On a tendance à perdre ça de vue parfois. Alors merci beaucoup de nous inspirer nous aussi sans le savoir! :)

  12. Merci, merci, merci pour ce formidable article !

    J’attends avec impatience ton petit challenge qui j’en suis sûre ne peut que m’aider à être en adéquation avec mon moi sur les différents réseaux sociaux sur lesquels je suis active parce que j’ai très envie de partager mon blog afin d’aider de nombreuses femmes dans leur quête de bien-être mais effectivement tous les points soulevés dans ton article l’ont été dans ma tête !

  13. Merci pour cet article plein de bon sens, « inspirant » ;) et motivant… J’utilise beaucoup instagram mais j’avoue faire beaucoup de latergram… je veux me laisser le temps avant de poster pour ne choisir qu’une photo (ou max 3) par thème. Par contre je trouve que la difficulté réside dans la cohérence de l’ensemble, j’ai du mal à donner un fil conducteur graphique aux photos, peut-être parce que justement je veux partager des détails, lieux, activités, moments qui sont distincts et multiples. Pas évident !
    J’attends la suite ;)

  14. Bravo pour cet article ! Je l’ai relu plusieurs fois pour prendre le temps de tout intégrer : quelle richesse ! Cela fait un bien fou à lire !
    Le nouveau contenu est vraiment epatant ! J’attends chaque nouveau poste avec impatience mais je choisis aussi bien le moment pr le lire pour le savourer pleinement !
    J’ai telecharger vsco que j’ai decouvert avec joie ! Et j’ai aussi essayé ProCamera mais là j’avoue que je suis perdue… N’hesite pas à nous donner encore des astuces et techniques de retouches ou prises de photo car c’est vraiment interessant ! Et j’adore ta vision des gens ou choses inspirantes !
    En tous cas pour moi ce post l’est definitivement !
    Vivement le prochain !

  15. Oh ouiiiiiiiiiiiiiii génial ton article
    Pour ma part, en ce qui concerne instagram (pour répondre à ta dernière question, concernant ton challenge de 7 jours) moi je galère un peu avec la retouche. Je n’arrive pas à trouver un fil. Mes photos sont trop bleus, ou trop rouge, ou trop douce, ou trop vive. J’ai plein d’idées, mais je n’arrive pas à centrer tout ça. Je voudrais faire quelque chose qui me ressemble, qui soit évident. Je ne sais pas si tu vois ce que je veux dire ? Puis avec toutes les applis de retouche je ne m’en sors pas. Je n’arrive pas à garder l’uniformité et la cohérence que je cherche. :)

    Faut que je relise bien ton article car j’ai un peu lu rapidou entre les lignes

  16. Je me retrouve dans le commentaire n020…j’aimerais faire partie de l’aventure mais avec mon samsung est- ce possible? À bientôt

  17. Merci beaucoup pour cet article. Tu as mis en lumière tous les freins que je vous de mon côté. Je me garde cet article en favoris pour y revenir les moments de doute. Belle journée à toi !

  18. Voici un article très instructif, d’autant plus que je viens tout juste d’ouvrir mon compte Instagram.
    J’attends la suite avec impatience.
    Merci de ce partage

  19. Bonjour,
    J’ai laissé l’autre jour un petit commentaire à la suite du post sur instagram. Ayant une lonnnngue expérience de la blogosphère et des réseaux (en lesquels j’ai longtemps cru mais dont je suis « revenue »), ton regard et ta vision m’ont interpellée….
    J’ai pris ensuite le temps de venir lire ton article. Bravo ! Il est rare de trouver (ENCORE AUJOURD’HUI) autant de bonne volonté, sincérité, autant de bons conseils. MERCI ! ça rebooste la blogueuse que je suis « vraiment lasse » des milliards de posts, billets, images, commentaires… sur la toile, Hautement superficiels et insipides quand ils ne sont pas à vomir, hélas.

  20. Cet article est génial, réconfortant et encourageant à la fois. Je pense que ça va faire du bien à pas mal de gens de le lire.

  21. Bonjour Anne So

    J’ai été vraiment touchée par ce que tu dis dans ton article sur l’individualisme et par la façon dont tu parles de ce qu’un blog peut apporter à ses lecteurs et à son auteur. Je savais confusément qu’internet n’a pas que tous les défauts qu’on lui prête, et qu’il a d’ailleurs, mais qu’il a aussi plein de potentialités pour les individus que nous sommes et le partage dont nous somme capables. Parce-que j’ai trouvé sur internet des blogs très sincères, qui m’ont apporté beaucoup et que je suis régulièrement. J’ai découvert le tien il y a peu et il en fait partie.

    Je n’ai pas encore de blog et je ne sais pas encore comment on en fait. Mais j’ai le projet d’apprendre et d’en réaliser éventuellement un. Quand j’aurais précisé pourquoi. Aussi, je me suis inscrite pour recevoir cet article qui est très éclairant et pose de vraies questions. La question de la reconnaissance est primordiale et ô combien délicate. Merci beaucoup pour le sérieux et la sincèrité de ton travail.

    Mais je n’ai pris le temps de lire cet article qu’aujourd’hui. Je le gardais en réserve pour le savourer quand j’aurais suffisamment de temps devant moi pour le faire. Est-ce trop tard pour avoir accés à la suite? Je n’ai pas reçu l’article prévu pour la semaine suivante. J’ai vu qu’il fallait s’inscrire, mais je n’ai pas bien compris pourquoi. Était-ce pour le recevoir?

    Bref, je suis très intéressée par la suite.

    Je me suis inscrite à Je veux participer.

    À bientôt

  22. Hello,

    Un petit coucou du blog  » What else ? « , j’aime beaucoup ton blog avec ses photos juste magnifiques !
    J’espère que tu viendras faire un petit tour sur mon blog, ont m’a dit que la blogosphère d’Hellocoton était super sympa !

    A bientôt

    Louisa

  23. Très inspirant cet article!
    La partie sur « si on est inspirant ou non » me fait penser à la notion d’aura et de charisme, on peut trouver une personne belle mais sans charme, le fait qu’une personne soit inspirante ou non émane un peu de son aura et de la façon dont elle se construit et construit sa vie. ^^

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *