Incorrigibles jolies choses

petites-choses-001

De vieux livres de graphisme et de dessin qui me rappellent combien j’ai aimé dessiner, un jour ; et aussi toutes les routes merveilleuses que la vie nous propose : celles que l’on choisit d’emprunter ou bien d’abandonner. Les chemins sur lesquels, finalement on se perd, ceux qui nous déboussolent et les belles routes, enfin qui nous font dire parfois qu’on a trouvé sa voie.

L’EP de Armistice. Un petit groupe à l’imaginaire joliment travaillé, qui va drôlement faire parler de lui, je crois. Love at first sight, comme on dit. C’est vraiment difficile, non, d’expliquer ce qui, dans les notes nous émeut? Allez plutôt écouter, pour vous faire une idée. L’album est en libre écoute.

La guirlande d’Adeline, quelques photos et un plateau à tête d’oiseau. Premiers contours de ce mur d’images et d’objets suspendus qui attendent depuis plusieurs mois que je m’y colle vraiment. Mais en fin de compte, j’aime les chantiers. L’inachevé me rassure, avec toutes les grandes promesses qu’il laisse en suspens.

Un petit bazar de papeterie et de carnets jamais utilisés. D’où vient cet amour inconditionnel des carnets trop beaux pour être griffonnés? Peut-être une façon de sublimer l’angoisse de la page blanche. Oui, tiens. Disons cela.

Les bougies Durance que j’avais injustement dédaigné jusqu’à présent et qui sentent pourtant si délicieusement bon (Tubéreuses, ma préférée).

Un parapluie acheté à Londres ce week-end, aussitôt baptisé « mon parapluie de comédie musicale » avec sa canne qui ressemble à une sucrerie au réglisse et ses froufrous de tissu en chantilly.

Deux magazines imprimés sur papier mat qui vous secouent l’inspiration comme un prunier. Voilà, en fait, ce que j’attends d’un magazine. Je n’ai que faire, je m’en rends compte, de l’info. Ce que j’aime, ce sont les idées, les propositions créatives. La possibilité de rêver les yeux ouverts.

Ce lustre en plastique rose dont je me suis lassée il y a longtemps, déjà, mais que je ne me résous pas à décrocher. Je n’aime pas « ne plus aimer », cette sensation qui vous laisse avec l’impression d’avoir perdu quelque chose. Le laisser sous mes yeux est peut-être  ma façon d’espérer qu’un jour viendra où, à nouveau, je le trouverai à mon goût.

Un flacon neuf de mon eau de toilette adorée. J’attends que le précédent ait rendu jusqu’à la dernière goutte de son jus pour ôter le ravissant papier cadeau dans lequel celui-ci se trouve emballé. Ainsi, pour le moment, c’est presque un élément de décoration. C’est bien, non? Il aura deux vies, ce flacon : une vie décorative, une vie olfactive.

petites-choses-002

petites-choses-003

petites-choses-004

petites-choses-005

petites-choses-006

petites-choses-007

petites-choses-008

petites-choses-009


Billets sur le même thème

31 réflexions sur “Incorrigibles jolies choses”

  1. Toutes ces petites choses, ce joli bordel qui nous irrite parfois, mais qu’on aime pourtant trop pour oser s’en défaire, ce qui peuple la vie en somme, et quelques flares en plus !
    Merci de partager tout ça.

  2. Les carnets… J’ai cette même « obsession » des jolis carnets. Qui restent toujours vierges, par peur de les souiller, d’écrire dedans des choses jamais assez belles pour eux.
    Je me demande bien ce que ça cache de genre de manie !

  3. De bien jolis mots et de toutes douces images…

    « Je n’ai que faire, je m’en rends compte, de l’info. Ce que j’aime, ce sont les idées, les propositions créatives. » J’ai l’impression que j’aurais pu écrire cette phrase moi-même… mais cela n’aurait pas été si bien dit ! souri
    Je m’accuse parfois d’égocentrisme de ne sembler m’intéresser au monde extérieur et aux créations des autres que pour ce qu’ils peuvent m’apporter comme inspiration… Que penses-tu de cela ?

    Une très bonne soirée à toi, Anne-So, entourée de toutes tes merveilles pastel ! :clin

  4. Ah oui mais non, là, c’est pas possible ces photos : trop c’est trop. L’effet flare, ça se dose. On voit rien, ça fait mal aux yeux, et c’est tellement fait et refait que ce n’est plus évocateur de rien d’autre que d’une tendance romantico-coppolesque désincarnée… Dommage ! Je préférais avant.

  5. @pimp: c’est amusant ta remarque, parce que justement, ce n’est pas un effet de flare, ni de retouche photo (les photos n’on subi aucune retouche, ce qui n’est presque jamais le cas sur mes photos). C’est juste une expérimentation de plus. Je suis désolée que tu n’aimes pas, ou que ça te paraisse convenu. Mais j’ai passé tellement de temps a essayer de comprendre comment obtenir type de rendu que ces photos, pour moi, sont une petite victoire. Je vois mon blog comme un terrain d’experimentation. Peut-être que c’est effectivement une technique que je vais devoir m’approprier lorsque je l’aurai maitrisée, mais je crois que ces tâtonnement ont tout a fait leur place ici.

  6. Non, ça n’a rien de secret : un morceau de voile fin tendu devant l’objectif, tout simplement (mais il m’a fallu un moment pour y penser) ^^’

  7. Évidemment, après, il faut encore trouver les bons réglages sur l’appareil photo, la bonne lumière etc… mais enfin, l’effet voilé vient tout bêtement du fait que l’image, est, au sens le plus littéral du terme, voilée :)

  8. J’ai filé direct dans ma petite maison de la presse… et j’ai trouvé le « Fricote ». Merci pour cette découverte. J’aime ces jolis magazines inspirés et inspirants du même acabit que le délicieux « Citizen K ».
    Merci et bravo Anne-So, je viens régulièrement me délecter de jolies choses dans ton univers et je ne suis jamais déçue.

  9. J’adore l’effet!! c’est tellement doux.. j’allais demander mais il suffisait de lire les commentaire. Merci pour cet phrase: « L’inachevé me rassure, avec toutes les grandes promesses qu’il laisse en suspens. ». Tu as mis les mots sur un sentiment que je n’arrivais pas a exprimer.

    Des bisous.

  10. OUi, moi aussi, j’adore cette phrase : l’inachevé me rassure avec toutes les grandes promesses qu’il laisse en suspens ! C’est joliment exprimé et tellement vrai ! Bisous ma toute belle.

  11. OUi, moi aussi, j’adore cette phrase : l’inachevé me rassure avec toutes les grandes promesses qu’il laisse en suspens ! C’est joliment exprimé et tellement vrai ! Bisous ma toute belle.

  12. ah oui je multivalide la bougie durance et le mag doolittle !
    (j’ai testé la lessive durance fleur d’oranger, première fois de ma vie que j’ai envie de faire des machines !)

  13. C’est fou comme on se retrouve dans ce que tu dis.
    Les carnets qu’on s’achète à la pelle et dans lesquels on n’écrit jamais rien. Tellement vrai.
    Tes photos sont géniales, des tons doux et féminins qui sont agréables à contempler.

  14. Évidemment que les tâtonnements et expérimentations ont place sur ton blog !! Et, quoiqu’il en soit, si je suis pas contente, ben je vais voir ailleurs (ce que je ne fais pas, hein, parce que je suis plus que contente de découvrir chaque nouvelle note), ce n’est bien sûr pas à toi de coller aux desiderata de tes lectrices ! Après, une critique, bien que négative, ça peut aussi être intéressant à lire, voilà, sans plus, juste pour savoir si ça plaît unanimement ou pas.

  15. Coucou la fée Anne-So :)
    Tiens je profite de ton post, et de ma propre addiction aux achats de carnets jamais usités… pour te demander quelle marque ou magasin tu me recommanderais pour acheter le « répertoire parfait ». Pas trop girly, pour que je ne m’en lasse pas trop vite, mais pas trop austère non plus… Je suis tout à fait raccord avec tes goûts pour la papeterie, je me demandais si tu aurais des pistes, ou même le Graal déjà en ta possession ! J’ai beaucoup beaucoup de numéros à mettre au propre, je m’en sers tous les jours au boulot et j’en rêve d’en avoir un sublime !

  16. oh oui, armistice, j’en ai les oreilles pleines depuis quelques jours. On en voudrait plus, n’est-ce pas? Et quelle bonne idée, ces trompettes mexcaines…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *