fbpx

Rencontre avec une fée

la-fee-00

Je ne sais plus qui m’a dit un jour que la timidité était le pire défaut qu’on puisse avoir. En papotant sans fin avec Chrystèle, la délicieuse styliste de l’Atelier d’une fée, je me demandais de combien de bons moments je m’étais ainsi privée, simplement pour ne pas avoir osé provoquer une rencontre avec une personne qui me semble intéressante.

Heureusement, mon travail m’oblige souvent à décrocher mon téléphone, me préservant ainsi d’une régression certaine à l’état de sauvageonne. Pour le Un jour une fille du mois d’avril, l’équipe de Modepass m’a soufflé une liste de noms. Parmi eux se trouvait celui de Chrystèle dont j’admirais le travail silencieusement depuis un bon moment.

Chrystèle, c’est La Fée. J’étais impatiente de voir, bien entendu, le look qu’elle nous aurait concocté, mais j’avais surtout hâte de la rencontrer elle. Parce que vraiment, qui est-on lorsqu’on pense à mettre des manches ballon, des nœuds en satin ou des cols Claudine aux sweet-shirts?

Je pensais qu’on discuterait mode, froufous, vintage et sucettes à la fraise, le feu aux joues et le cœur en émoi d’avoir tant de chose à dire sur les imprimés liberty. Et j’aurais adoré.

Mais les fées ont toujours plus d’un tour dans le sac et au lieu de discuter chiffons, nous avons parlé enfants, des siens et de ceux que j’espère avoir un jour. Famille, ses projets, les miens. Travail : nos rêve, les espoirs qui nous font avancer, les déceptions et les moments de joie. Et c’était encore mieux.

Pendant que nous nous étourdissions à l’étage supérieur du Carrousel de Montmartre – moi surtout, qui manquait de perdre l’équilibre à chaque pas en cherchant le meilleur angle de vue, à contresens de la marche – nous avons parlé de la vie. En fond sonore, la BO du Fabuleux destin d’Amélie Poulain. Forcément. On se disait que c’était super cliché, mais en vrai, ça nous projetait drôlement bien là où Paris devient le Paris qu’on dessine au coin d’une table et dont on ne conserve que les fondamentaux poétiques qui font de Paris la plus-belle-ville-du-monde.

[imagebrowser id=222]

Voir toutes les images

Cette histoire de manège, elle nous est venue alors que la séance photo était finie. Ça nous a pris comme ça, comme pour rire. Parce que, sans avoir besoin de se concerter, on savait l’une et l’autre que ce serait notre truc à toutes les deux. S’offrir un tour de manège comme des gosses avec cette grande excuse d’adulte : on avait des photos à faire nous, on ne faisait pas ça pour s’amuser. Alors on s’est offert un tour. Évidemment, après un tour, comme des mômes, on ne voulait plus descendre, alors nous avons acheté un nombre indécent de tickets au monsieur du Carrousel qui riait gentiment en nous regardant faire, avec l’air de nous dire qu’on ne trompait personne.

Et puis le sourire de Chrystèle – qui semble faite, je vous assure, pour vivre sur un carrousel (deux R, un S, je crois que je n’y arriverai jamais) – était vraiment irrésistible. Je me demande bien, d’ailleurs, quel sursaut de raison nous a poussé à décider que cette fois c’était le dernier tour. À mon avis, c’est juste qu’on n’avait plus de liquide.

Et puis on est allé boire une menthe à l’eau dans la première brasserie venue. On a laissé filer le temps et voilà, j’en reviens à cette histoire de timidité : il y a toujours quelque chose d’exceptionnel dans une rencontre, c’est décidément dommage de s’en priver juste parce qu’on n’ose pas en être le déclencheur.

Oh et voilà… de la même façon que nous avons oublié de parler mode, j’oublie de vous donner quelques détails sur sa tenue. La robe de Chrystèle est, évidemment, une de ses créations. Elle la porte avec un tee-shirt blanc tout simple et un gilet parme, trouvé chez H&M. Le petit lapin mignon qui orne le cardigan provient de the french factory. Les chaussures sont des Chloé. Le sac, un doctor bag vintage.

Outch, j’ai été bien bavarde aujourd’hui. Bonne journée la compagnie!

25 réflexions sur “Rencontre avec une fée”

  1. On ressent dans ton écriture qu tu as été touchée par « la Fée ». Il est rare de ressentir autant d’admiration pour un détail, une rencontre, une journée. Mais ça chamboule l’esprit, et ça murit dans la tête. Il m’arrive aussi de ressentir la même chose, et que mon écriture soit pleine d’émotion : vive l’écrit profond !

  2. Ton post plein de douceur me parait en parfaite adéquation avec la personnalité de Chrystèle. Enfin je ne la connais pas mais c’est bien comme ça que je l’imaginais.
    Tu as tout à fait raison avec cette timidité qui nous tient à l’écart de plein de gens et de choses intéressantes… je sais trop bien ce que c’est à mon grand regret!
    En tout cas le carrousel est effectivement un parfait décor pour son allure et sa jolie robe de poupée !
    Sinon je regrette, j’ai ce gilet en gris foncé mais en parme c’est sympa quand même…

    1. En fait, le carrousel, c’est encore une histoire d’oser ou pas : on pensait que le monsieur ne voudrait jamais nous laisser faire parce que j’avais besoin de bouger pendant qu’il est en mouvement pour pendre les photos. Du coup on n’osait pas poser la question.

      Mais quand on s’est approchées, il a fait un compliment à Chrystèle sur sa jolie tenue et ça nous a donné le petit déclic nécessaire pour lui demander une autorisation qu’on a obtenue sans peine :)

  3. Oh la belle découverte que voilà ! J’adore son look ! c’est possible d’avoir la même robe ?! :) Je vais aller faire un tour sur son site !
    Très jolies photos (comme d’hab ! ;) )

    1. Oui, bien entendu. Tu vas voir, sur son site, elle a un lien vers sa boutique. pour info, les vêtements sont faits en semi sur mesure. Chrystèle m’a expliqué qu’elle demandait toujours quelques mesures pour s’assurer que la robe soit pile à la taille de la personne qui la lui commande. Moi aussi, je louche sérieusement dessus, la coupe est trop jolie :)

  4. Oh Chrystèle! Une vraie fée de la couture :) J’admire toutes ses créations avec beaucoup d’envie à chaque fois… Un jour je sauterai le pas.
    Tes photos sont tellement délicates, j’adore ce que tu as fait, surtout quand Chrystèle est légérement cachée derrière un des chevaux du Carrousel… Une belle rencontre qui transparait dans ces jolies photos. Bravo!

  5. C’est incroyable la douceur qui se dégage de tes photos ! On ressent la sensibilité qui transparait de ses créations… des vapeurs magiques devaient flotaient sur cette rencontre

  6. Quelle belle rencontre ! Les créations de la fée sont vraiment irresistibles (avec des petits noms tjrs charmants…) et sont parfaites pour un tour de manège !

  7. En tant que fée je ne peux qu’admirer son travail que je connaissais déjà et que j’admire également beaucoup!
    Encore une jolie série de photos sourit

  8. oh! la Fée, je lorgne toujours sur ses créations sans jamais oser me lancer. Encore de la timidité? Mais il reste le même sentiment: je me prive de quelque chose. Tu m’as donné envie d’oser.

    Il y a longtemps que je n’avais pas senti une si jolie légèreté. On sent le soleil, le Paris léger, insoucient, qui fait rêver, le bonheur de vivre un peu désuet à notre époque aussi rapide. Merci.

  9. Et bien, ça a l’air d’avoir été une superbe rencontre!! :)
    De plus, tes photos sont très belles et la tenue de « la fée », magnifique!

    Mel

  10. ces photos sont magnifiques! elles révèlent une telle lumière et joie de vivre de la part de la Fée! elle est magnifique! cette série est très poétique bravo!

  11. Bravo à toi d’avoir mis en avant une styliste noire, c’est pas dans les magazine de mode qu’on verra ça !!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour haut de page