Vous consultez actuellement la rubrique

2009

Voyage au Bout du Monde

Depuis la plage de Saint Martin de Bréhal, on aperçoit à droite cette petite pointe en forme d’anse, arrondie comme un bras qui s’apprête à étreindre, que les gens de là-bas  appellent le Bout du Monde. En revenant d’une promenade, il est si bon d’annoncer que l’on rentre tout juste du Bout du Monde ;

Lire la suite

Londres à Noël

Londres a pour moi l’effet d’une boîte à musique : quand je m’y promène c’est un peu comme si une main invisible actionnait une manivelle à images où je m’invente une vie rêvée. Sans faire trop d’efforts, je pourrais même entendre en fond sonore la bande son de mon film intérieur. J’imagine, évidemment, que la

Lire la suite

Illuminations d’outre Manche

Quelques jours avant Noël, enthousiasmées par la visite en avant première des vitrines du Printemps, nous avons eu envie, avec Eleonore Bridge, d’aller vérifier par nous-mêmes si les illuminations de Noël étaient aussi belles qu’on l’imaginait, de l’autre côté de la Manche. Par chance, nous sommes passées au travers des difficultés de l’Eurostar et la

Lire la suite

Les contes de fée se déroulent toujours en hiver

En faisant une recherche sur l’imagerie des contes de fées, je me suis aperçue que tout ce qui, visuellement, m’interpellait et m’inspirait dégageait une impression d’hiver. Comme s’il était nécessaire pour que la magie opère, qu’elle se déploie parmi les flocons et les sons étouffés du premier jour après qu’il ait neigé. Du moins le

Lire la suite

Papier plié

Se détendre. J’ai mis longtemps à comprendre que j’appartenais à la race des angoissés, de ceux pour qui l’état de calme intérieur n’allait pas de soi et devait faire l’objet non seulement d’un apprentissage, mais d’une attention de tous les instants. Pour ce qui est de l’apprentissage, il reste un long chemin. Mais c’est sans

Lire la suite

Le parfum des épines

Dehors, une pluie furibonde tambourine aux carreaux, peut-être pour supplier qu’on la laisse entrer, peut-être parce qu’elle est en colère ou bien seulement parce qu’elle est la pluie et que de s’abattre comme ça aux fenêtres des gens n’est rien de plus qu’un divertissement de pluie. Il ne sait pas. Le salon est jonché de

Lire la suite
Retour haut de page